Amalthée

  • « J'ai commencé à ne plus vraiment aimer maman à partir de cet événement-là. J'ai commencé à franchement réaliser que je pouvais mourir aussi, que mes soeurs et mon frère pouvaient mourir également, que ma mère pouvait nous laisser et nous abandonner définitivement, plus définitivement qu'à cet instant. »

    Née à Tananarive, Bertrande y découvre très jeune la fragilité de la vie. Sa mère, de son côté, enchaîne les conquêtes amoureuses néfastes en délaissant la petite fille. Une enfant qui cherchera toujours à courir après des attentions inexistantes. L'amour maternel, l'amour fraternel, l'amour physique, l'amour passionnel : des instances qui l'accompagneront ou lui manqueront tout au long de sa vie.

    Un roman sur l'amour à son point le plus universel.

  • «Elle ne savait pas qu'elle était enceinte. Sa famille non plus. Elle portait des vêtements un peu flottants depuis quelque temps en disant simplement qu'elle avait grossi, mais ça n'avait alerté personne, même pas elle»

    Née en 1948, Pauline Lempert suit dix ans d'études, pour maîtriser une multitude de connaissances très théoriques, très scientifiques, très techniques. Mais en ouvrant son cabinet de gynécologie dans une grande banlieue, elle est brutalement confrontée à de vraies personnes, avec des problèmes humains.
    Aujourd'hui retraitée, elle souhaite témoigner pour lutter contre l'oubli, en revenant sur quelques histoires de ses patientes.

    Une galerie de portraits, des histoires émouvantes, drôles, parfois tragiques, sur des sujets essentiels dans la vie de toutes les femmes, de nos mères, de nos soeurs, de nos amies, de nos grands-mères. Des histoires de grossesses, de contraceptions, de problèmes de couple ; mais aussi de maladies, de viols, de dénis de grossesse, enfin de vie, de mort Des années de consultations racontées avec tendresse par une gynécologue bienveillante.

  • En 1857 Henriette Vercoutre, stagiaire dans un grand journal du Nord, est envoyée pour couvrir les célébrations de la naissance d'Arcachon que l'empereur vient de proclamer par décret.
    La jeune femme se prend au jeu et tombe deux fois amoureuse : du Bassin d'Arcachon - forcément ! - et d'Auguste, un fils de famille bordelaise qui rêve de fonder une pêcherie moderne sur la Petite Mer.
    Alors sa vie va basculer. Elle va découvrir l'extraordinaire temps des « Fofolles », ces villas insensées qui poussent en Ville d'hiver, le quartier chic de la toute jeune cité.
    Mais tout n'est pas rose pour autant. À cette époque des premiers chalutiers à vapeur les naufrages se font certes plus rares mais beaucoup plus meurtriers. L'ostréiculture cherche à s'organiser dans un contexte d'incertitude. Et pour les familles la vie n'est pas toujours facile...

    Après La Pinasse Mauve (1919-1977) et Friture sur la Petite Mer (1978-2015), Au Temps des Fofolles (1857-1918) est le troisième volet attendu de la saga romanesque de Jean-Pierre Castelain. Découvrez ou redécouvrez 160 ans de l'histoire passionnante du Bassin d'Arcachon.

  • Parfum d'exil

     Jeanne Annonciade

    Le lecteur est invité à se laisser porter par la musique du style et le souffle de l´inspiration qui s´harmonisent de poème en poème, tout au long de ce recueil. Le « Parfum d´exil » se décline en plusieurs « notes » : après la synthèse alchimique des « Impressions », mariage des sensations entre la nature et le monde intérieur du poète ; les « Visages d´Ève » nous invitent à retrouver le Féminin de notre être, lieu des mémoires et de la sagesse perdue ; « Rites » réveille notre sens du sacré, entre puissance symbolique et union magique des pôles féminin-masculin ; « Hommages à la beauté » est un appel aux poètes, pour qu´ils « ré-enchantent le monde », qu´ils redeviennent des « fous d´amour ».



    Face à tous les bouleversements de nos repères et les gestations difficiles de nouveaux modes de vivre-penser-sentir : « Il faudra trouver une autre direction à notre quête, transformer notre soif en délire solennel, guetter dans l´absurde le frisson de l´évidence. »

  • « Je sais ce que je vais trouver en Algérie mais j'y pars néanmoins avec une certaine curiosité et la volonté de pouvoir être militant de l'Homme, malgré l'étau militaire et la perte de ma liberté d'expression. Savoir mais aussi voir constitue ma disposition d'esprit. »

    Au travers de son journal de bord, tenu entre 1959 et 1960 en plein coeur de la guerre d'Algérie, René Knégévitch nous présente son parcours d'appelé sursitaire, affecté au 403e R.A.A., à Aflou, dans le Djebel Amour.
    De cette guerre violente découle un témoignage violent. Lorsque le quotidien est rythmé par des ratissages, des accrochages, des sévices, la torture, mais aussi par la peur et la mort, que reste-t-il pour un humaniste pacifiste ?

    Sans tabou, l'auteur nous livre ses émotions et ses réflexions tandis que le djebel tonne et que le sang coule. Un récit nécessaire et intime qui offre un regard de l'intérieur sur la guerre qui a bouleversé l'Algérie.


    Après avoir enseigné les Lettres classiques, René Knégévitch a exercé la fonction de Principal de collège dans la Sarthe puis en Haute-Vienne. Militant syndical, il s'est impliqué dans la vie publique et dans de nombreuses causes associatives.

  • Sur un fil

    Simon Le Devedec

    Un millier de kilomètres le long de la côte bretonne, sur le sentier de grande randonnée GR34. Deux mois de marche, de la baie du Mont-Saint-Michel à la rade de Brest.
    C'est l'histoire d'une aventure les pieds ancrés sur terre, les yeux grands ouverts aux multiples merveilles de la nature, le coeur savourant les rencontres fortuites, l'esprit vif, aux aguets pour recueillir tous les fruits intérieurs de cette belle expérience !
    C'est aussi la rétrospection d'une jeune vie. Un temps que l'auteur a pris afin de regarder derrière lui les quelques noeuds de son histoire, les délier, les aplanir, et avancer sur le fil de sa vie plus libre et heureux.
    Ce chemin des douaniers restera pour Simon une étape sacrée sur son chemin de vie.

    Un voyage tant physique que spirituel,
    une incroyable odyssée entre terre et mer,
    entre notre monde extérieur et notre
    univers intérieur, entre le fini et l'infini.

    Breton pure souche de 31 ans et aventurier-chercheur dans l'âme, Simon passe sa jeunesse entre la campagne et l'océan. L'Europe, les étendues australiennes, les plaines kirghizes ou le Grand Nord canadien, le voyage lui coule dans les veines. Puis remontant vers ses racines bretonnes, il entame le chemin qui le mène à tout repenser...

  • «Les apparitions de créatures se multiplient un peu partout sur la surface du globe. Nous vous conseillons donc de rester enfermés chez vous et de vous abriter dans votre cave ou votre grenier si vous en avez. Si vous êtes sur les routes, évitez les grandes villes et privilégiez des endroits isolés, sans habitations.»

    E

    n 2020, des hordes de créatures sanguinaires apparaissent un peu partout sur la surface de la terre, massacrant et dévorant tout être humain qui a le malheur de les croiser.
    Dans cet univers apocalyptique, les populations rescapées doivent prendre part à la lutte contre les monstres. C'est alors que Liam est enrôlé de force dans la base Phoenix. Heureusement, l'adolescent de seize ans peut compter sur l'aide de ses camarades pour combattre cette invasion qui sème le chaos.
    Qui sont ces créatures ? Comment les vaincre ? Tant de questions auxquelles Liam et ses amis tenteront de trouver des réponses.

  • L'oiseau d'or

    Clotilde Brunetti-Pons

    Éprouvée par de récents événements, Sophie se laisse transporter dans son monde imaginaire, à califourchon sur le rebord d'une fenêtre. Elle s'invente une bulle, en dehors du réel et de sa vie étudiante, où l'accueille la maison de son enfance. Elle y trouve une pile de livres poussiéreux.
    L'un d'eux, particulièrement ancien et abîmé, retient son attention. Curieuse, elle en cherche le titre et lit :
    L'Oiseau d'or.
    L'aidera-t-il à dépasser les limites tracées entre des souvenirs heureux et l'entrée dans le monde adulte ?

    Maître de conférences des universités, mère de quatre enfants, Clotilde Brunetti-Pons travaille dans le domaine du droit de la famille et de la protection de l'enfance. Elle nous livre ici son premier roman.

  • L'elixir du potard

    Robert Yvelin

    Nous ne sommes pas tels que nous sommes sans raison. Nos particularités héréditaires et les aléas de la vie nous façonnent en permanence. De ce mystérieux amalgame d'inné et d'acquis surgissent des êtres uniques aux parcours exclusifs, en partie conditionnés. Nous nous efforçons, malgré cela, de trouver notre propre cap mais, bien souvent, soumis à ces influences, nos desseins bifurquent, voire même se dérobent.
    « On peut influer sur le destin, mais on ne le maîtrise jamais totalement ».
    Angèle en fera la cruelle expérience. Le 6 juin 1944, à Caen, son existence a chaviré en enfer. Ce ne sont pas tant les bombes qui l'ont anéantie que les ignobles individus qui ont alors croisé son chemin. Elle sortira dévastée de cette abominable rencontre mais aussi métamorphosée, animée d'une rage de vengeance qui lui fera accomplir des prodiges.
    Parviendra-t-elle à retrouver et châtier ses tortionnaires ? Ses valeurs fondamentales résisteront-elles à son extraordinaire et douloureux cheminement ? Quelles « Forces Supérieures », bien ou mal intentionnées, s'autorisent à manipuler les ficelles de nos éphémères existences ?
    Un roman captivant de bout en bout, d'une force rare, qui marque au fer rouge.

  • Il aurait voulu qu'elle lui donne des détails sur son passé comme il l'avait fait et qu'elle passe en revue les membres de sa famille mais elle resta muette, se cloîtrant dans un silence énigmatique. La seule chose qu'elle consentit à lui dire, ce fut son prénom : « Fantine ».
    Ils étaient maintenant arrivés en vue du village.
    Il lui demanda : « Nos routes se croiseront-elles à nouveau, un jour ? »
    Elle lui répondit : « Dans trois jours, au coucher du soleil, je serai dans la sapinière, à l'endroit où votre chien avait voulu me mordre. Vous aurez à ce moment-là, la réponse à toutes vos questions. »
    Il trouva ces paroles singulières, d'autant plus que lorsqu'elle les prononça, un gigantesque écho les accompagna telle une haute vague qui semblait vouloir le submerger.
    Extrait de : « Quand le soleil se couchera... »

  • ET SI TU REVENAIS...
    Et si tu revenais
    De joie j'irais danser dans la rue
    J'embrasserais tous les passants, je leur offrirais des fleurs
    J'écrirais ton nom sur les façades des maisons
    J'irais allumer des feux de joie sur toutes les montagnes
    Je marcherais dans le ciel sur une corde tendue
    Je tresserais en couronne les rayons du soleil
    Et j'en ornerais ton front
    J'attacherais des ailes dans ton dos
    Et je t'emmènerais écouter la symphonie des étoiles
    J'emprisonnerais la lumière dans tes yeux
    Et ils éclaireraient l'Univers
    J'irais cueillir pour toi la fleur qui pousse sur les glaciers,
    Celle dont le calice de feu fait fondre les neiges éternelles
    Je planterais sous ta fenêtre un arbre géant où nicheraient
    Tous les oiseaux du ciel
    Je verserais dans la coupe de tes mains la rosée du matin
    Pour qu'elle reflète la beauté du jour commençant
    Je te ferais baigner dans un ruisseau de parfum
    Je t'habillerais avec l'or et le pourpre du couchant
    Je volerais vers toi avec les ailes de l'espoir
    Si tu revenais, j'aimerais toute l'humanité,
    Je confierais au vent la semence de l'amitié
    Pour qu'il la porte aux quatre coins de la terre
    Et qu'elle germe dans tous les coeurs.


    Poème extrait de Sentiments, page 29.

  • 3 monstres dans la forêt

    Cyril Viard

    Prenez le temps d'imaginer,
    Bien loin du monde où vous vivez,
    Trois monstres aux griffes acérées,
    Plongés au coeur de la forêt.

    Rien n'aurait pu laisser penser,
    Qu'une seule rencontre suffirait,
    À vous conter longtemps après,
    L'histoire du livre que vous tenez.

  • Improbable rencontre

    Malfondet Zorah

    Algérie, 30 juin 1962, six heures du matin, agitation sur le port maritime d'Annaba, Kheïra jeune femme algérienne de vingt ans, resserre sa grande veste beige informe, autour d'elle. Elle arrange rapidement sa coiffe de sorte à ce qu'aucun cheveu brun ne dépasse, surtout ne pas se faire remarquer. Une vieille écharpe en laine noire trouée enserre son cou. D'un regard rapide et circulaire, elle scrute les premiers passagers qui arrivent pour embarquer sur ce grand bateau à destination de Marseille. La France : Paris, elle en a tant rêvé, il lui en a tant parlé qu'il suffit qu'elle ferme les yeux pour se retrouver à son bras dans la plus belle des capitales du monde. Soudain un doute énorme l'assaille et son coeur se met à battre de plus en plus fort ; il lui semble manquer d'air. Et s'il n'était pas au rendez-vous ! Qu'adviendrait-il alors de sa vie ? Mais elle chasse très vite cette affreuse pensée et se concentre à nouveau sur les arrivants qui ont déjà formé une file imposante. Kheïra est grande, ce qui lui permet de voir alentour et au-dessus de la foule bigarrée qui s'agglutine lentement. Ses yeux noirs forment deux minuscules fentes d'où brillent de toutes petites tâches couleur d'or qui scintillent au soleil. Même cachée sous son large vêtement, cette jeune femme semble d'une beauté époustouflante. Elle est mince malgré trois grossesses rapprochées, seulement aucun enfant ne l'accompagne. Où va cette jolie femme seule un matin de juin 1962 ?

    L'auteure a publié un récit autobiographie en 2007, L'amour en adoption (aux éditions La Société des Écrivains) sur la vie des enfants de la DDASS, dont elle a fait partie et qui ont grandi ensemble dans le Morvan dans les années 1960.

    Improbable rencontre est un « clin d'oeil romancé » mêlant une large part à cette enfance, si atypique passée au milieu de cette jolie région qu'est la Bourgogne.

  • Une longue carrière dans l'aéronautique comme ingénieur et pilote qui s'est terminée par un poste de diplomate dans une institution des Nations Unies, voilà un parcours peu banal pour un auteur qui « s'essaie » dans cet ouvrage à des sujets aussi variés que la genèse du monde, l'analyse des processus qui ont conduit à la mondialisation des échanges, l'énergie nucléaire, une quantification du bien-être ou encore, mais pas seulement, les vertus d'une fiscalité juste et redistributive...

    Mais entre le cosmos qui a fini par nous engendrer après quelques milliards d'années de tentatives infructueuses et les problèmes, essentiels ou accessoires, qui nous occupent au quotidien, Bertrand THÉBAULT a su établir un fil conducteur qui donne une grande cohérence à son essai tout en offrant une vision souvent hétérodoxe du monde dans lequel nous vivons ou essayons de survivre, selon le cas.

  • Le mamba noir

    Christian Leoty

    « Mais un matin, réveillé par un rayon de soleil, filtré par les persiennes de la fenêtre de sa chambre, Axel ouvre les yeux et c'est la stupéfaction ! À quelques centimètres de son visage deux perles noires, cerclées d'une peau blanchâtre, le fixent. Le mamba, la tête dressée, le reste du corps lové sur le sol, est immobile. »


    Lorsque Lucas, Thomas et Axel décident de découvrir le Burkina Faso, ils n'imaginent pas que leur voyage pourra réserver tant de surprises !
    Sous le charme de l'Afrique, Axel se laisse tenter et ramène en France un souvenir ô combien inhabituel et interdit : un oeuf de mamba noir, un des serpents les plus dangereux et rapides au monde.
    Comment les trois amis vont-ils gérer cette situation rocambolesque ? Arriveront-ils à s'occuper du reptile sorti de son oeuf ou devront-ils ramener ce compagnon devenu encombrant dans son pays d'origine ?

  • Rikusentai

    Didier Damoisaux

    « Il percevait la jungle. Il pouvait sentir les odeurs des plantes en décomposition et entendre les bruits de fond des oiseaux et des branches que l'on froisse avec la crosse d'une arme. Il marchait le fusil à la main, libre et puissant. L'acier tiède sous ses doigts semblait rassurant. Il éprouvait le poids de son arme chargée. [...] Il regarda autour de lui, l'enfer vert s'étendait partout. Soudain, la jungle bougea. Il vit quelqu'un s'avancer. Il fut pétrifié. Devant lui apparut un autre soldat. Pete appuya instinctivement sur la détente. L'arme resta silencieuse. »

    Peter Gibbons est un vétéran de la Seconde Guerre Mondiale hanté par des cauchemars étranges. Depuis que sa ville a décidé de fêter les soixante ans de la victoire sur le Japon, une vision particulière revient souvent. Celle d'un soldat japonais qui semble toujours vouloir lui dire quelque chose.

    Alors qu'il tente de comprendre ce qui lui arrive, un collectionneur fait brusquement irruption dans sa vie et celle de Jimmy, son petit-fils, un adolescent à la dérive. Ce collectionneur semble être à la recherche du plus célèbre des katanas japonais, le Honjo Masamune et il est persuadé que Peter est l'une des dernières personnes à l'avoir aperçu. Mais, l'homme n'est pas le seul à courir après le mystérieux objet...

  • écarlate

    Benetruy Marie-Line

    « Non, elle doit s'y résoudre : elle n'a jamais rougi. Un vice caché vient d'être mis à jour. Beaucoup diraient que ne pas rougir est une bénédiction. Elle, le vit comme un handicap. Rougir lui apparaît comme la marque incontestable de la pudeur à l'âge adulte qui plus est, un résidu d'innocence, la preuve d'une indispensable sensibilité au monde [...] Rougir ou ne pas rougir ? Ce qui le déclenche ? Chez qui ? Pour quelles conséquences ? Il lui faut un stratagème. »

    Rougir. Quoi de plus naturel quand on est confronté à l'embarras ou la gêne ? Pourtant, notre héroïne n'a jamais connu ça. Si vous lui enviez cette particularité, la jeune femme, elle, la considère comme une malédiction.

    Poussée par le désir de comprendre ce phénomène si mystérieux, elle organise alors une fête à laquelle elle invite, en plus des autres convives, sept sujets d'expérience.

    Sept personnes. Sept amies. Un seul jeu.

    Qui rougira la première ?

  • « "Quelle transition ?" me demandais-je. Sans le savoir, je venais de poser LA question essentielle. Car il ne s'agit pas seulement de passer du monde carboné à une forme de résilience locale, mais de reconsidérer nos modes de vie, notre relation au vivant, le rôle de l'Humain sur la planète. »
    Le Mouvement des Villes et Territoires en Transition est né en 2006 en Angleterre et fait face à l'urgence des crises climatiques, des pénuries de matières premières, de l'extinction de la biodiversité.
    Nous découvrons vite ce qui fait le ferment de cette Transition : la vision positive, la sensation que tout est possible quand des citoyens se réunissent pour imaginer et se réapproprier leur futur. Partout sur la planète, des gens ordinaires inventent un monde sobre en énergie, qui n'émet plus de gaz à effet de serre et où le bien-être est enfin au coeur des décisions.
    Vous trouvez cela utopique ? Et pourtant, ce nouveau monde est déjà là, ici et maintenant !
    Éducation, jardins collectifs, alimentation, monnaie locale, économie réelle, déchets, culture, énergie, habitat, intelligence collective, ce livre raconte avec passion toutes les pousses qui grandissent dans les jardins de la Transition.

    Se reconnecter au vivant, s'aimer, marcher avec beauté
    sur le fil de la vie. Et si la Transition c'était vous ?

    Bruno Montel est formateur et dirige un organisme de formation. Co-fondateur des associations « Pays Salonais en Transition » et « Monnaie Locale en Pays Salonais », il est installé à Salon-de- Provence depuis 2009. Par ce premier livre, il transmet l'énergie positive qui l'anime dans ce Mouvement.

  • « Le corps d'une jeune femme d'une trentaine d'années a été retrouvé dans sa salle de bain. Une mise en scène des plus macabres a été constatée par la première équipe de police arrivée sur les lieux. C'est pour cette raison qu'on nous refile l'enquête. Adresse : 242, rue Brennet à Fleurus. Soyez à la hauteur, commissaire ».

    Fleurus, 2015, l'ombre du passé plane sur la cité des Bernardins... Trois jeunes femmes ont été assassinées, une quatrième est entre la vie et la mort. Après les avoir tuées, le meurtrier leur rase la tête et dispose une étrange statuette auprès de ses victimes.
    Pour mettre fin à cette épidémie de meurtres, la commissaire Defacq de la police criminelle devra percer le mystère de cette macabre mise en scène. Originaire de la bourgeoisie bruxelloise, parviendra-t-elle à échapper aux embûches semées par les potentats locaux ? Réussira-t-elle à s'attirer suffisamment de sympathie pour progresser dans son enquête ?
    Et ce jeune professeur d'université, issu d'une des plus vieilles familles de la cité, qui l'aide dans ses recherches, est-il un réel allié ou joue-t-il double jeu ?

  • Le regard vide

    Julien Bry

    «J'ai peur, comme jamais je n'ai eu peur auparavant. Peur de ne plus connaître mes limites, de ne pas savoir relever la tête, de finir noyé sous toutes ces pensées de culpabilité, de dégoût envers moi.»

    Les souffrances ne sont pas toutes physiques

    Affligé du Syndrome de Stress Post-Traumatique, Julien Bry se livre à coeur ouvert pour que cette plaie «invisible» ne soit plus un tabou. Pour panser les souffrances, l'écriture devient son salut, sa victoire sur son expérience personnelle. De ses opérations militaires bouleversantes en Afghanistan et au Mali au retour à la réalité, nous découvrons l'être humain derrière l'uniforme.

    Un témoignage émouvant qui fait la lumière sur les blessures de guerre psychiques.

  • « Nous sommes la troupe des pensées, les fées de l'esprit. Chacune son rôle dans celle que nous sommes, c'est ainsi. ELLE nous connaît bien. Il y a L'Amoureuse qui n'arrête pas de virevolter et de chatouiller son coeur. Il y a L'Écrivaine qui ne cesse de l'interrompre au beau milieu de ses réflexions pour lui faire composer quelques vers. Il y a L'Enfance : c'est la plus jeune et la plus fragile. [...] Il y a aussi La Crise, messagère de la haine, de la peine. Enfin, il y a La Raison. Elle protège ses petites soeurs et elle sort quand dehors le monde gronde. Elle ne peut retenir les flots de larmes que sa fratrie déverse aux coins des yeux, mais elle dompte le noir et fait revivre l'espoir. »

    ELLE c'est une jeune fille comme vous et moi, une jeune fille qui vit avec son coeur et se retrouve plongée dans un monde où chaque pensée, chaque frisson lui sont étrangers. Elle tente alors de ne pas se perdre dans son univers intérieur, seule face à elle-même et à ses sentiments qui divergent, se contredisent et se répondent. La Raison, L'Enfance, La Crise, La Muse sont des fragments d'elle-même qu'elle doit apprendre à connaître et à comprendre.

    Véritable voyage intérieur, ELLE nous renvoie notre propre reflet et nous invite à notre tour à nous réconcilier avec les voix émotionnelles qui nous morcellent.

  • La niaque des mots

    Romain Rathouis

    « Fais-moi grandir ces instants

    Que je semais dans le néant.

    Ouvre toutes ces barrières

    Qui me retiennent à hier.

    Je partais pour les retenir

    Mais suis tes pas à l'avenir. »

    En travaillant à lier la phonétique, l'orthographe et le sens, la niaque des Mots se construit comme un recueil énigmatique à résoudre, riche d'un second degré qui veut souvent dire beaucoup. Protéiforme, il s'essaye à différents styles poétiques contemporains et se dévoile sur l'actualité, l'amour, l'humour, la mythologie ou encore la religion.

  • « De prime abord elle aima sa peinture. Elle fut séduite par le style non figuratif de son auteur. Il peignait un monde qui lui appartenait, un monde sorti tout droit de son imagination. Ses personnages étaient pour la plupart des êtres indescriptibles qui semblaient avoir été créés après un rêve, une expression de folie inconsciente s'inscrivait sur chaque visage ; les couleurs étaient douces mais violentes à la fois, le trait était flou mais sûr. Toutes ses toiles étaient un appel vers le monde de l'irréel, voire de la folie. Cet homme bousculait les valeurs reçues, laissant libre cours à l'imaginaire. »

    Lorsque Mila, une sexagénaire passionnée d'art, rencontre Marco, un artiste peintre de dix ans son cadet, elle n'imagine pas que sa vie vient de basculer... Pour le meilleur mais peut-être aussi pour le pire.

    Leurs passions communes et leurs attirances réciproques les rapprochent très vite et font éclore les prémices d'une grande histoire d'amour. Mais, rattrapée par d'étranges faits qui viennent mettre en doute la véritable identité de Marco, Mila doute. Et si, derrière ce tableau idyllique presque trop parfait, leur rencontre n'était pas le fruit du hasard ?

    Entre passion naissante et secret, Mila parviendra-t-elle à vivre sereinement son histoire avec le beau mais tout aussi mystérieux Marco ?


    Martine Abgrall-Le Guennec réside en Ille et Vilaine. Passionnée par la littérature, la poésie et la peinture, elle avait à coeur de les réunir dans son premier roman ; un roman qui marque l'accomplissement d'un projet porté pendant de longues années.

  • « Conquise par l'esprit, la vieille humanité n'aura qu'à bien se tenir, expiant ses fautes et renonçant à ses démons pour ne s'habiller que de la plus belle part d'elle-même, sacrifiée par orgueil dès le commencement : la part de Néandertal. »

    Mary, Harry, William. Trois destins. Une destinée.

    À l'orée du nouveau monde, ils vont honorer un rendez-vous écrit dans une prophétie qui bouleversera l'humanité tout entière. Projetés dans les yeux de Lucy, ces trois inconnus vivront une aventure qui les mènera aux confins de l'esprit pour y découvrir les secrets de la conscience universelle.

    Quel avenir se profile désormais pour notre espèce ? Parviendra-t-elle à s'affranchir de l'ancien monde ?

    /> Une oeuvre époustouflante, comme une invitation
    à réfléchir sur le genre humain, son évolution et son futur.

empty