Robert Laffont

  • Dune chroniques de Caladan t.1 : le duc Nouv.

    INÉDITAux sources de Dune, la légende des Atréides.
    Un an avant Dune... Avant d'être le concubin de Dame Jessica et le père de Paul-Muad'Dib, Leto Atréides est le Duc de Caladan, une petite planète de l'Imperium parmi tant d'autres. Sa patience, sa probité et sa loyauté envers l'Empereur Padishah Shaddam IV lui valent les bonnes grâces de celui-ci... et l'inimitié de nombreuses Grandes Maisons, dont celle des Harkonnen, qui voient d'un mauvais oeil son ascension. Mais là où d'autres complotent, Leto agit... Voici son histoire.

  • - 58%

    L'abominable

    Dan Simmons

    En 1924, la course pour parvenir au plus haut sommet du monde s'interrompt brutalement suite à la terrible disparition des célèbres alpinistes George Mallory et Sandy Irvine. L'année suivante, trois hommes - un poète britannique vétéran de la Grande Guerre, un guide de montagne français et un jeune idéaliste américain - tentent à leur tour leur chance. Mais quelqu'un, ou quelque chose, les poursuit, et, à 8 500 mètres d'altitude, alors que l'oxygène vient à manquer, l'expédition vire bientôt au cauchemar. Qui est à leurs trousses ? Et quelle vérité se cache derrière les disparitions de 1924 ? Tandis qu'ils poursuivent leur ascension jusqu'au sommet du monde, les trois aventuriers vont découvrir un secret plus abominable encore que toutes les créatures mythiques jamais imaginées.

  • L'Homme nu

    Dan Simmons

    Jeremy, mathématicien, partage avec sa femme Gail le don de pouvoir lire dans les pensées de n'importe qui, même les plus intimes. Ce don, qu'ils portent comme un fardeau, leur interdit toute forme d'isolement et de solitude. Lorsque Gail décède, Jeremy se retrouve seul face à la " neuro-rumeur " du monde. De Disneyland à Las Vegas, il va vivre une étonnante et effrayante odyssée dans les plus sombres travers de la société humaine et dresser une carte des contrées inconnues de l'esprit. Dans ce texte à la croisée de la science-fiction et du conte philosophique, Dan Simmons nous embarque dans une exploration des vices de l'âme humaine.

  • Richard Baedecker a eu la chance de marcher sur la Lune lors d'une mission Apollo. De ce voyage il garde le souvenir ému de magnifiques visions et, surtout, de la sensation d'une harmonie parfaite entre lui et l'Univers. Cette légèreté, cette liberté bercée par l'apesanteur, il peine à les retrouver sur Terre. Solitaire, englué malgré lui sur le sol terrien, Richard se sent comme l'albatros de Baudelaire et doit apprendre à se réconcilier avec la vie ici-bas. Il entame alors une longue quête personnelle qui le mènera jusqu'en Inde et l'aidera, peut-être, à retrouver ses ailes. Dans ce récit, Dan Simmons nous plonge au coeur de l'intimité d'un homme en plein conflit avec lui-même, comme en écho aux rêves déchus de toute une génération.

  • Le Styx coule à l'envers convie à douze voyages fantastiques et glaçants au bout de l'enfer. Des résurrectionnistes permettant à nos morts de revenir parmi nous, des télévangélistes face au débarquement soudain de l'Enfer de Dante, un parc d'attractions inspiré par la guerre du Vietnam, des étranges créatures qui se nourrissent de métastases... : autant de sujets révélateurs des travers les plus sombres et des maux les plus funestes de notre temps. Dans ce corrosif recueil de nouvelles écrites entre 1982 et 1995, Dan Simmons mêle fantastique et critique sociétale.

  • Un chef-d'oeuvre d'anticipation, au même titre qu'Orange mécanique et Le Meillèur des mondes. Renouant avec la tradition des Huxley, Orwell, Bradbury et de sa Servante écarlate, Margaret Atwood nous plonge dans un univers à la fois familier et terrifiant. Un monde dévasté à la suite d'une catastrophe écologique sans précédent, où se combinent des conditions climatiques aberrantes, des manipulations génétiques délirantes et un virus foudroyant prompt à détruire l'ensemble de l'humanité. D'ailleurs, c'est presque fait : d'êtres humains, au début du Dernier Homme, il ne reste que Snowman, lequel est confronté à d'étranges créatures génétiquement modifiées - les Crakers, une nouvelle race d' " humains " programmés pour n'être sujets ni à la violence, ni au désir sexuel, ni au fanatisme religieux-, et à des animaux hybrides qui s'appellent désormais porcons, louchiens ou rasconses... Ce monde visionnaire, c'est presque le nôtre...Pamphlet politique, conte prophétique : avec son humour noir et son intelligence acérée, un souffle romanesque inouï et une générosité contagieuse, le " meilleur des mondes " glorieusement inventif de Margaret Atwood nous tend un miroir saisissant de vérité.

  • Sur Gethen, la planète glacée que les premiers envoyés ont baptisée Hiver, il n'y a ni hommes ni femmes, seulement des êtres humains.
    Des androgynes qui, dans certaines circonstances, adoptent les caractères de l'un ou l'autre sexe. Les sociétés nombreuses qui se partagent Gethen portent toutes la marque de cette indifférenciation sexuelle.
    LoeEnvoyé venu de la Terre, qui passe pour un monstre aux yeux des Géthéniens, parviendra-t-il à leur faire entendre le message de l'Ekumen ?
    Ce splendide roman a obtenu le prix Hugo et à consacré Ursula le Guin comme un des plus grands talents de la science-fiction.

  • Hypérion a été l'événement de l'année 1991 dans le domaine de la science-fiction, unaniment salué par la presse, du Monde à l'Express, et plébiscité par les lecteurs. Après avoir obtenu les prix Hugo et Locus, ce splendide roman a rejoint Dune dans la légende de la science-fiction.

    Voici enfin La chute d'Hypérion, tant attendu, qui prolonge Hypérion.

    Tous les secrets d'Hypérion seront dévoilés, toutes les énigmes résolues, dans un style à nouveau différent qui démontre une fois encore l'exceptionnel talent de Dan Simmons.

    Vous saurez pourquoi les sept pèlerins se sont retrouvés sur la planète mystérieuse qui abrite les Tombeaux du Temps. Vous découvrirez les véritables ressorts de la guerre qui fait rage autour d'elle et qui menace d'embraser toute la galaxie humaine, tout le Retz.

    Vous comprendrez le rôle unique du cybride de John Keats, le poète ressuscité, et celui du gritche.

    Ici s'affrontent des dieux, créés par les humains ou descendant d'eux.

  • Au milieu du xixe siècle, deux navires de la Marine royale anglaise et leurs cent vingt-neuf hommes d´équipage, commandés par l´orgueilleux Sir John Franklin et son second, le capitaine Francis Crozier, s´engagent dans les eaux de l´Arctique afin de découvrir le mythique passage du Nord-Ouest qui assurerait à l´Empire britannique une domination totale des mers. L´entreprise tourne toutefois au désastre quand l´Erebus et le Terror sont faits prisonniers des glaces, puis lorsque Sir John meurt dans des circonstances dramatiques. Crozier hérite alors d´une expédition en péril, exposée en permanence aux morsures d´un froid extrême, à la faim et à la maladie. L´équipage est en outre assailli par une mystérieuse créature qui transforme la vie à bord en cauchemar. Quel est donc ce monstre polaire aux longues griffes acérées qui massacre l´un après l´autre les marins de l´expédition ? Quel lien l´unit à Silence, jeune Inuit à la langue coupée recueillie par le capitaine Crozier, en qui l´équipage voit une sorcière ? Bientôt une mutinerie éclate, poussant le capitaine à conduire ses hommes sur la terre ferme... sans savoir que ce qui les attend est pire encore...

    L´histoire de l´expédition Franklin passionna autant qu´elle stupéfia l´Angleterre victorienne. La mise au jour récente de plusieurs tombes, permettant de conclure à des actes de cannibalisme, n´a fait qu´ajouter au mystère et ne pouvait que stimuler l´imagination de Dan Simmons... Entre horreur et fantastique, Terreur mêle avec virtuosité tous les genres, offre des scènes de chamanisme saisissantes et donne tour à tour la parole aux principaux acteurs de la tragédie en train de s´écrire. Dan Simmons invite ainsi le lecteur à tourner, de plus en plus fébrilement, les pages de ce sombre et grandiose récit.

  • Hawaii. Alors que le milliardaire Byron Trumbo s'apprête à vendre son luxueux complexe hôtelier à des promoteurs, des touristes japonais sont retrouvés sauvagement assassinés et démembrés et deux volcans se réveillent. Qu'est-ce qui a pu déchaîner cette violence infernale ? Une ethnologue, Eleanor, qui parcourt l'archipel en se laissant guider par un journal de voyage rédigé un siècle auparavant, va petit à petit découvrir le lieu, ses paysages, son histoire... et les divinités maléfiques en colère contre l'homme blanc qui régissent cette terre bafouée.
    Lauréat du prix Locus du meilleur roman d'horreur en 1995,
    Les Feux de l'Éden nous embarquent dans un véritable cauchemar hawaiien.

  • Maddaddam

    Margaret Atwood

    Une peste créée par l'homme a ravagé la Terre. Les rares survivants forment une communauté avec une espèce inoffensive, fabriquée pour remplacer les humains, les Crakers. À sa tête, un couple au passé tumultueux, Toby, experte en champignons et abeilles, et Zeb, mangeur d'ours et fils d'un prêcheur maléfique. Dépositaire et garante de la mémoire, Toby transmet aux Crakers, curieux comme des enfants et avides de légendes, l'histoire des hommes. Au contact les uns des autres, humains et Crakers posent les fondements d'un nouveau monde...
    Avec une verve extraordinaire, une imagination et une inventivité d'écriture sans limites, un humour décapant, Margaret Atwood joue de la dystopie pour bâtir un conte d'un genre unique. Mêlant tout à la fois récit d'aventures et histoire d'amour, pamphlet politique et écologique, réflexion sur la science et la religion, la sexualité et le pouvoir, elle nous offre ici une oeuvre d'une grande maturité, un " roman total " qui conclut magnifiquement le cycle commencé avec Le Dernier Homme et Le Temple du déluge.

  • - 62%

    Au XXVIIIe siècle, sur la planète Hypérion, les dangers s'amoncellent. Celui de la guerre avec l'approche de la flotte des Extros en perpétuel conflit avec l'Hégémonie. Celui du gritche, figure mythologique et meurtrière que révère l'Eglise des Templiers. Celui de l'ouverture des Tombeaux du Temps qui dérivent de l'avenir vers le passéà la rencontre d'une imprévisible catastrophe.
    Dans l'espoir de sauver Hypérion et d'accomplir leurs destins suspendus, sept pèlerins se dirigent ensemble vers le sanctuaire du gritche. Il y a le père Lenar Hoyt, prêtre catholique, qui a vu l'enfer ; le colonel Kassad, dit le Boucher de Bressia, à la recherche d'un rêve ; Martin Silenus, le poète, qui a connu la Vieille Terre et perdu les mots ; Brawne Lamia, la belle détective, qui a aimé un John Keats synthétique : le Consul qui a régné sur Hypérion ; Sol Weintraub, l'érudit, dont la fille perd des années ; et le Templier Het Masteen, qui garde ses secrets.
    Autant d'énigmes, autant d'histoires, qu'ils choisissent de conter avant d'affronter les labyrinthes d'Hypérion. Autant de styles différents.
    Hypérion a été récompensé par le prix Hugo en 1991.

  • À son père, écrivain, qui lui demandait quel livre elle aimerait lire, la jeune Iris Cronin répondit : « L´histoire d´une fille qui sauve le monde. » Ainsi germa dans l´esprit de Justin Cronin l'intrigue du Passage, la fascinante épopée qui a créé l´événement l´été dernier dans les pays anglo-saxons. À mille lieues des histoires de vampires pour adolescents, Justin Cronin, sortant du cadre purement littéraire de ses romans précédents, nous présente des monstres à glacer les sangs, et la description saisissante d´une Amérique post-apocalyptique.



    Années 2010. Dans le Tennessee, Amy, une enfant abandonnée de six ans est recueillie dans un couvent... Dans la jungle bolivienne, l´armée américaine recherche les membres d´une expédition atteints d´un mystérieux virus... Au Texas, deux agents du FBI persuadent un condamnéà mort de contribuer à une expérience scientifique gouvernementale. Lui et les autres condamnés à la peine capitale participant au projet mutent et développent une force physique extraordinaire. Les deux agents du FBI sont alors chargés d´enlever une enfant - Amy. Peu après que le virus a été inoculéà cette dernière, les mutants attaquent le centre de recherches.



    Près d´un siècle plus tard. Une communauté a survécu à l´apocalypse causée par l´attaque des viruls, ainsi qu'ont été baptisés les mutants. Une adolescente la rejoint bientôt. Une puce électronique implantée sous sa peau révèle qu´il s´agit d´Amy, âgée désormais de plus de cent ans mais qui en paraît à peine quatorze... L´aventure ne fait que commencer.

  • En 2381, l'humanité a trouvé une solution à la surpopulation : c'est en se développant verticalement dans des monades urbaines, des tours de mille étages, qu'elle continue de croître. L'altitude détermine le niveau social des habitants, qui quittent rarement leur étage. Au sein de cette société, pandémonium sexuel sans tabou, les hommes semblent nager en plein bonheur. Toutefois, la création, l'imagination et l'individualité y sont considérées comme des notions dangereusement subversives. C'est dans ce monde étrange que vont se croiser les destins de Micael, un électronicien qui rêve d'un monde antérieur, Jason, un historien qui découvre les affres de la jalousie, et Siegmund, un citoyen modèle. Tout se précipite quand Siegmund connaît une " défaillance " suite à une descente dans les bas étages. Bientôt, la situation vire au tragique. " Ce roman a une originalité, une densité et une espèce de véracité dans l'imaginaire qui lui permettent de traverser impunément les années. " Gérard Klein

  • "Le Dit d'Aka" se situe dans le vaste cycle de Hain. La civilisation Hainish, techniquement évoluée et bienveillante, qui a maîtrisé le voyage interstellaire, est entrée en contact avec la Terre. Forte de ses propres erreurs, elle est porteuse d'une promesse prudente de paix, de progrès et intervient le moins possible sur les mondes qu'elle essaie d'intégrer à l'Ekumen, vaste confédération de peuples humanoïdes.La Terre est alors dévastée par la pollution et, avant les événements relatés dans le livre, a été l'objet de graves convulsions sociales qui ont conduit un temps à la dictature d'un théisme antiscientifique : l'Unisme. L'intervention d'Ekumène a limité les dégâts.Sutty, une Terrienne originaire de l'Inde, formée par l'Ekumen, est envoyée sur un monde récemment contacté : Aka. Un régime progressiste et musclé, la Corporation, y a pris le pouvoir, et a entrepris d'interdire et d'éradiquer systématiquement les traditions, jusqu'aux bibliothèques des anciennes cultures d'Aka. Cela lui semble le prix à payer pour se moderniser et atteindre les étoiles, selon l'exemple de l'Ekumen.Membre de la petite mission de l'Ekumen sur Aka, Sutty est envoyée en mission dans l'arrière-pays. L'Ekumen en effet ignore presque tout du passé culturel des peuples d'Aka, et le supérieur de Sutty espère qu'elle saura en ramener les éléments. Elle comprend alors comment une société, longtemps statique et dominée par la Tradition transmise à travers des contes, a été bouleversée par l'arrivée des visiteurs venus des étoiles et a entrepris, à marche forcée et au prix du reniement de son passé, de les rattraper.Le parallèle est esquissé entre la situation de la Terre, où l'Unisme a essayé de détruire le savoir scientifique, et Aka, où la Corporation a entrepris de détruire le savoir traditionnel. Ni Sutty ni l'auteur ne prennent position pour ou contre le progrès ou la tradition, mais suggèrent contre tout fanatisme, en particulier religieux, qu'écarter l'un ou l'autre revient pour une société à s'amputer de son passé ou de son avenir.Ce court roman est complété de "Le Nom du monde est forêt", et d'une postface consacrée à l'oeuvre de Le Guin et à la science-fiction écologiste.

  • En 122 apr. V., soit 122 ans après l'apparition en Amérique du Nord d'un virus qui a décimé la population, la vie semble reprendre ses droits. Ce virus, à la suite d'une expérience gouvernementale, a été inoculé à douze personnes, qui, transformées en monstres assoiffés de sang, ont propagé le mal. Mais quelques poches de population ont réussi à combattre et à éliminer les Douze, mettant un terme à un siècle de terrifiantes ténèbres. Les survivants sortent de derrière leurs hauts murs, déterminés à reconstruire leur société, et osent désormais rêver d'un futur meilleur. Mais est-ce la fin du cauchemar ou une simple accalmie avant le déchaînement d'autres forces obscures ? Loin d'eux, dans une métropole à l'agonie, le Zéro attend. Le Premier. Le père des Douze. L'angoisse qui a brisé sa vie humaine le hante, et la haine qu'a engendrée sa transformation le brûle. Seule pourrait l'apaiser la mort d'Amy - le dernier espoir de l'Humanité, La Fille de nulle part - qui a grandi pour se dresser contre lui. Une ultime fois, la lumière et l'ombre vont s'affronter. Amy et ses amis iront au-devant de leur destin. Cette épopée postapocalyptique conclut avec maestria la trilogie du Passage. Plébiscitée par la critique, numéro un sur les listes des meilleures ventes aux États-Unis et en Angleterre dès sa sortie, La Cité des Miroirs est publiée dans plus de trente pays. " Justin Cronin, le nouveau King. " Le Parisien.

  • Les douze

    Justin Cronin

    La fin du monde n´était qu´un début.Dans Le Passage, Justin Cronin avait imaginé un monde terrifiant, apparu à la suite d´une expérience gouvernementale ayant tourné à l´apocalypse. Aujourd´hui, l´aventure se poursuit à travers l´épopée des Douze, le deuxième volet de la trilogie monumentale de Justin Cronin.



    De nos jours. Alors que le fléau déclenché par l´homme se déchaîne, trois étrangers naviguent au milieu du chaos. Lila, enceinte, est à ce point bouleversée par la propagation de la violence et de l´épidémie qu´elle continue de préparer l´arrivée de son enfant comme si de rien n´était, dans un monde dévasté. Kittridge, surnommé « Ultime combat à Denver » pour sa bravoure, est obligé de fuir pour échapper aux mutants viruls, armé mais seul et conscient qu´un plein d´essence ne le mènera pas bien loin. April, une adolescente à la volonté farouche, lutte, dans un paysage de ruines et de désolation, pour protéger son petit frère. Tous trois apprendront bientôt qu´ils n´ont pas été totalement abandonnés - et que l´espoir demeure, même au coeur de la plus sombre des nuits.



    Cent ans plus tard. Amy et les siens - les héros du premier volet de la trilogie, qui se battaient dans Le Passage pour le salut de l´humanité - ignorent que les règles du jeu ont changé. L´ennemi a évolué. Les douze vampires modernes à l´origine de la prolifération des viruls ont donné naissance àun nouveau pouvoir occulte, incarné par le maléfique Horace Guilder, avec une vision de l´avenir infiniment plus effrayante encore. Si les Douze viennent à tomber, l´un de ceux qui se sont ligués pour les vaincre devra le payer de sa vie.

    Extraordinaire parabole sur le thème du sacrifice et de la survie due à l´esprit fertile et à la plume magistrale de Justin Cronin, Les Douze comblera les attentes des nombreux admirateurs du Passage, best-seller international unanimement salué par la critique, autant qu´il séduira tous ceux qui ne connaissent pas encore l´univers tout à fait prodigieux créée par Cronin. Brillant, haletant, poignant, la lecture des quelque mille pages des Douze vous fera passer des nuits blanches.

  • " Une véritable réflexion sur l'Histoire, un modèle d'uchronie dont la cohérence suscite l'admiration. " belial.fr
    Robert Silverberg illustre en tableaux successifs l'histoire fictive d'un Empire romain qui a connu bien des vicissitudes, des guerres et des crises politiques mais qui, depuis deux mille ans, n'a jamais cessé d'exister et de faire régner, avec quelques interludes sanglants, la Pax Romana. Le christianisme y est inconnu, car les Juifs n'ont pu quitter l'Égypte des pharaons. Quelques siècles plus tard, un envoyé spécial de l'empereur particulièrement perspicace liquide proprement un prophète d'Arabie avant qu'il ait eu le temps de fonder l'islam. Ainsi, l'Empire perdure, avec ses dieux auxquels personne ne croit plus. Une uchronie saisissante par celui qui a reçu le titre de Grand Maître de la science-fiction pour l'ensemble de son oeuvre.

  • De sa tour d'Oulan-Bator, Gengis II Mao IV Khan règne, en ce XXIe siècle, sur le monde entier. Ce qu'il en reste. En 1991, une éruption cataclysmique du Cotopaxi a assombri le ciel durant des semaines. À la faveur de la terreur et de la nuit, des émeutes ont éclaté. Puis des révolutions. Des guerres, enfin. Et sur les ruines du vieil ordre, les survivants meurent lentement du pourrissement organique, virus surgi d'une usine d'armes bactériologiques. Sauf à Oulan-Bator, où grâce à l'antidote de Roncevic, développé sur ordre du Khan, le pourrissement s'est arrêté. Garant de la reconstruction, le Khan manifeste une vitalité prodigieuse. Il a quatre-vingt-treize ans et ne veut pas mourir, comptant sur l'aide de Shadrak, un Noir américain devenu son médecin, pour y parvenir. Trois projets " immortalité " sont en cours, dont le plus sinistre, Avatar, consiste à transférer dans un corps jeune la personnalité du Khan. Pour assurer une dynastie éternelle ? Des personnages hors du commun, une action haletante et une réflexion profonde sur le pouvoir, pour ce qui est peut-être le chef-d'oeuvre de Robert Silverberg, grand maître de la science-fiction.

  • Le Chant de Kali

    Dan Simmons

    Robert Luczak, poète et journaliste américain, est envoyé à Calcutta par son journal pour retrouver un mystérieux manuscrit de Das, poète indien disparu plusieurs années auparavant. Accompagné par sa femme indienne et leur petite fille, Luczak découvre un monde miséreux, sale et accablant de chaleur. Sa mission, qui paraissait si ordinaire, se révèle glaçante. Elle le conduit dans une véritable descente aux enfers lorsqu'il croise la route des Kapalikas, secte adoratrice de la sanglante déesse Kali dont les membres font régner violence et cruauté. Dans ce roman d'horreur, Dan Simmons prend plaisir à osciller entre fantastique et réalisme.

  • Troie, c´est la Guerre chantée par Homère dans l´«Iliade». Ici, les dieux de l´Olympe sont des posthumains qui bénéficient, grâce à la technologie, de pouvoirs extravagants, une quasi-immortalité, la possibilité de se déplacer dans le temps et dans l´espace, des armes prodigieuses. Ils habitent, sur Mars, le mont Olympos, le plus haut volcan connu du système solaire. Leur spectacle favori, voire obsessionnel, demeure cette Guerre qui se déroule sur terre et dont aucun d´eux ne connaît l´issue. Aucun, sauf Zeus...
    Pour vérifier la conformité de la guerre réelle avec ce qu´en a conté Homère, les scholiastes, des spécialistes de l´Antiquité, sont chargés d´observer les dessous de cette Guerre. C´est ainsi que Thomas Hockenberry, un universitaire du xxe siècle, se retrouve malgré lui enrôlé par Aphrodite pour faire triompher les Troyens, et rien moins qu´assassiner Athénée.
    Mais, à jouer ainsi avec l´espace et le temps, les dieux posthumains mettent en péril le système solaire et l´univers tout entier... Une aventure trépidante, une réflexion sur l´avenir d´une humanité dépassée par ses créations et sur le sens de la culture. Certainement l´un des premiers chefs-d´oeuvre de science-fiction de ce XXIe siècle débutant...

  • L'énorme planète Majipoor, ses trois immenses continents, ses océans démesurés et son île du Sommeil... Un jeune homme s'éveille sans mémoire aux abords de la puissante cité de Pidruid. Il connaît seulement son nom : Valentin. Or, son homonyme, Lord Valentin le Coronal, maître de Majipoor, est venu avec sa cour en visite à Pidruid. Tandis qu'il découvre auprès d'une troupe de jongleurs son aptitude à leur art, Valentin est bientôt poursuivi par d'étranges rêves : il serait le vrai Coronal et l'on aurait, par science ou par magie, transféré son esprit dans un corps anonyme. Commence alors ce qui va devenir la geste de Valentin. Avec Le Château de Lord Valentin, Robert Silverberg entamait une fresque somptueuse, le cycle de Majipoor, qui le rangerait parmi les plus grands auteurs de littérature de l'imaginaire vivants. " Un vrai souffle épique émane du récit, et on se laisse guider à travers les merveilles de ce monde, d'abord à la dérive, comme Valentin, puis vers un but qui se précise de plus en plus. Un régal. " ActuSF

  • " Une grande fresque apocalyptique où le héros voit l'avenir du monde et imagine toutes les formes possibles de sa propre mort : un souffle inoubliable, et quelques-unes des plus belles pages de la SF contemporaine. " Bernard Blanc, Fiction.
    Prévoir l'avenir. Un vieux rêve de l'humanité. Irréalisable scientifiquement ? À voir... En cette fin du XXe siècle, la science, précisément, a fait de si étonnants progrès que la stochastique - l'art de conjecturer - a atteint un extraordinaire degré de sûreté. Et Lew Nichols s'est révélé d'une telle maîtrise en matière de prévisions qu'il est devenu le très influent conseiller de Paul Quinn, qui sera sans doute président des États-Unis en 2004. Mais voici que surgit de l'ombre Carjaval, l'homme qui sait tout de l'avenir, même l'heure - proche - de sa mort. Il propose à Nichols de lui transmettre son savoir. Pour Nichols, ce serait la toute-puissance, et pourtant il hésite. Face à un futur sans alternative, sans libre arbitre, il est saisi de vertige et de terreur. Robert Silverberg, qui a reçu en 2004 le titre de Grand Maître de la science-fiction pour l'ensemble de son oeuvre, a écrit ici un étrange roman, paru en 1975, où la liberté, la nécessité et les probabilités se livrent à un ballet redoutable avec l'amour, le pouvoir et la mort.

  • Après le succès critique et public d´Ilium, en voici la suite et la fin... Rappelons que les dieux de l´Olympe sont des « posthumains » qui bénéficient grâce à la technologie de pouvoirs extravagants, d´une quasi-immortalité, et de la possibilité de se déplacer dans le temps et dans l´espace ; qu´ils habitent, sur Mars, le mont Olympos, le plus haut volcan connu du système solaire ; qu´ils ont comme principale distraction l´observation de la guerre de Troie ; qu´ils tentent, comme il se doit, de faire triompher leur camp à grand renfort de tromperies et de tricheries ; et que, lassés de s´entretuer sous leurs yeux, Achéens et Troyens ont décidé, à la fin d´Ilium, de s´unir pour se lancer à l´assaut d´Olympos. Parviendront-ils à leur fin ?
    Comme Hypérion naguère, ce roman appelle plusieurs niveaux de lecture : c´est une aventure trépidante mais aussi une réflexion sur l´avenir d´une humanité dépassée par ses créations et par ses descendants. On peut aussi voir Olympos comme une interrogation sur le sens de la culture. Dan Simmons multiplie les citations et les allusions littéraires (il évoque non seulement Homère, mais aussi Shakespeare, Proust, Nabokov et bien d´autres), suggérant par là que les véritables créateurs d´univers sont les écrivains.

empty