Seuil

  • Il s'est passé de bien vilaines choses, en France, entre 2017 et 2020, avec l'arrivé au pouvoir du Parti du Cercle, émanation d'une secte féministe qui a voulu compenser quelques millénaires de domination masculine. De ces trois ans il ne reste toutefois rien : l'amnésie collective a été décidée par un référendum. On l'appelle le Grand Blanc.
    En 2062, au Tribunal du Grand Paris, anciennement Stade de France, la fondatrice du Parti du Cercle va enfin être jugée. Son nom est la Sibylle. Prophétesse de métier, conseillère des déesses de l'Olympe, elle va devoir tout raconter.
    Pièces à conviction à l'appui, la Sibylle lève le voile sur l'histoire des femmes et sur les rapports de domination.
    Dans ce roman à l'imagination virevoltante, Chloé Delaume dit l'avenir. Le nôtre ? Son humour est féroce. Il faut se laisser emporter.

  • Iris n'a pas de papiers. Hospitalisée après un accident de voiture, elle attend pour être opérée que Malo Claeys, avec qui elle habite, trouve un moyen de régulariser sa situation. Mais comment la tirer de ce piège alors que la vie qu'ils mènent ensemble est interdite, et qu'ils n'ont été protégés jusque-là que par la clandestinité ?C'est notre monde, à quelques détails près. Et celui-ci notamment : nous n'y sommes plus les maîtres et possesseurs de la nature. Il y a de nouveaux venus, qui nous ont privés de notre domination sur le vivant et nous font connaître le sort que nous réservions auparavant aux animaux.Plongeant dans un des enfers invisibles de notre modernité, retraçant l'histoire d'un amour difficile, Défaite des maîtres et possesseurs nous entraîne dans une fable puissante où s'entrechoquent les devenirs possibles de notre monde.Vincent Message est né en 1983. Son roman Les Veilleurs, paru au Seuil en 2009, a connu un large succès critique et public.

  • On a bientôt cinquante ans. Pendant la guerre de tous contre tous, la femme quon aime a été assassinée par des enfants-soldats. Les années passent, la folie rôde. On fait des rêves bizarres. On a parfois limpression davoir été envoyé sur Terre en mission, et davoir failli sur toute la ligne. La guerre est finie, mais on appartient au camp des vaincus. Avec une simple desprit on vit à présent à Poulailler Quatre, un immense ghetto où cohabitent mendiantes bolcheviques, réfugiés, junkies, oiseaux monstrueux et mudangs les chamanes coréennes qui chantent pour apaiser les morts.On pense à cette femme aimée quon a perdue. Il faudra voyager loin pour la retrouver. Senfoncer dans les profondeurs de Poulailler Quatre et de ses propres rêves. Il faudra sans doute mourir à son tour pour pouvoir entendre le chant des mudangs et aller plus loin encore, jusquau Fouillis. On atteindra le Fouillis et on sy fixera comme si on avait existé là depuis toujours. Mais ensuite, que se passera-t-il, ensuite ?

  • Attention, ces mémoires n'ont rien à envier aux plus grands thrillers hollywoodiens. Militant de l'IRA, Sam Millar a passé huit ans à Long Kesh, la prison d'Irlande du Nord où les Anglais brutalisent les détenus. Indomptable, il survit aux tortures physiques et aux privations. Réfugié aux États-Unis après sa libération, il conçoit ce qui deviendra le cinquième casse le plus important de l'histoire américaine avec un butin qui dépasse les 7 millions de dollars. Il est arrêté et condamné mais le FBI ne retrouvera jamais la totalité de l'argent ! Devenu aujourd'hui auteur de polars, Millar raconte la prison, le braquage. dans un récit autobiographique haletant.

  • Vol plané au ralenti après le choc initial et retombée brutale sur le bitume d'un carrefour d'Adélaïde : mis à bas de son vélo par un jeune chauffard puis amputé d'une jambe, le sexagénaire Paul Rayment reprend connaissance d'un moi diminué sur son lit d'hôpital. Il refuse l'équilibre factice d'une prothèse, s'empêtre dans ses béquilles. Il lui faut désormais une auxiliaire de vie pour veiller au ménage et soigner le moignon.
    Marijana Joki(...), l'immigrée croate, s'acquitte au mieux de sa tâche, mais ranime, à son corps défendant, le coeur en souffrance de Paul Rayment. Il va jusqu'à offrir de prendre tous les Joki(...) sous son aile. À la réalité inerte d'un membre artificiel, Paul substitue la chimère d'une famille fantôme qui prolongerait son monde rétréci.
    C'est alors qu'Elizabeth Costello frappe à sa porte. Prompt à le rappeler à l'ordre, ce double féminin bavard, intempestif et omniprésent s'acharne sans relâche à élaborer une fiction d'un homme amoindri et indûment épris qui aborde la vieillesse.
    La vie passée du jeune garçon transplanté d'Europe en Australie et le progrès difficile vers l'âge d'homme, entre deux langues et deux cultures, font place, dans la dignité précairement conservée et avec un humour résigné, à un questionnement sur le crépuscule qui nous attend.
    L'oeuvre de J. M. Coetzee a été récompensée par le prix Nobel de littérature en 2003.

  • Il est au onzième étage, à l'angle de Columbus Avenue et de la 81e rue. Dehors, au-dessus des arbres, vent, tourbillons, fragments déchirés de journal en vol. Dedans, les radiateurs de la chambre sont bloqués, brûlants, la télévision est allumée en permanence, et la musique coule, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, dans tous les couloirs de l'hôtel. Pendant ce temps, un corps brûle. Il a lu ces mots dans un livre : «Si quelqu'un pleure pendant la crémation, le corps brûle moins vite.» Il imagine ce corps en feu dans le vide. Il entend cette musique de fleurs artificielles qu'il confond avec celle des couloirs. Il vit ce ralenti jusqu'à l'écoeurement. Il vomit. Il se répète cette phrase et quelques autres dont il ne comprend pas le sens : « naître encore », ou bien « je connais cet endroit », ou bien « j'ai mangé un poisson de source ». Ce qu'il veut, c'est sortir. Descendre, sortir. Se retrouver dans la rue. Avec les chiens. Etre chien. Apprendre à écrire comme un chien fait son trou. Alors il ouvre son cahier. Il apprend à écrire en prose. Il rédige un manuel de prose. Derrière la porte la musique continue de couler. On dirait qu'elle est dans les murs, ou le plafond, ou le papier du mur. Il écrit contre.Jean-Marie Gleize

  • Où l'on retrouve Stendhal, Anne-Marie Albiach, Lamartine, Michel Deguy, Verlaine, Bernard Noël, Rimbaud, Ponge.

  • Le traducteur des Versets oubliés, oeuvre qui conteste l'origine du Coran, vient d'être assassiné. Qu'est-ce que l'Imam bleu, chef des Islamistes, a bien pu imaginer pour punir les infidèles ? Une chose est sûre : si les services secrets ne réagissent pas dans les quarante-huit heures, le 11-Septembre ne sera qu'une pâle copie de ce qui se trame pour les fêtes de fin d'année... Bernard Besson est membre du Comité d'action stratégique pour l'intelligence économique, placé sous la responsabilité du ministère de l'Intérieur. Ancien directeur de cabinet aux RG, puis à la DST, il est l'auteur de plusieurs romans, dont Chromosomes et Le Matin des Justes. « Un thriller haletant plongé au coeur de l'actualité. » Notre Temps magazine

empty