Sports

  • 50 ans dans les coulisses du tennis mondial Nouv.

    " Mon boulot consiste à accueillir des joueurs de tennis venus de tous les pays, champions en devenir, à l'apogée ou sur le retour, des types formidables ou bien des "baltringues' de toutes espèces. "À 82 ans et toujours sur la brèche, incollable sur la jeune génération comme sur les champions du passé, c'est comme ça qu'elle s'exprime, Danielle Bombardier - Babie pour les intimes : de sa voix rocailleuse, ensoleillée par son enfance au Maroc, voilée par trop de cigarettes fumées nerveusement, avec des mots crus qu'on lui pardonne.
    Un parcours en forme de feu d'artifice, dont le final n'est pas à l'ordre du jour. Attachée au service " Relations joueurs " à Roland- Garros de 1973 à 1983, en plein boom du tennis, puis dans les plus prestigieux tournois français qu'elle a contribué à faire prospérer, ce petit bout de femme est une grande gueule, dotée d'un coeur débordant d'amour et d'humour.
    Danielle Bombardier, meilleure amie de Yannick Noah, nous propose une immersion totale dans l'univers bruissant des coulisses du tennis professionnel. Une aventure humaine, riche en amitié.

  • Le sport et le peuple.
    " Le sport est comme un point d'un hologramme qui porte le tout de la société en lui, mais aussi sa singularité : le jeu, dont le péril de la dégénération en violence est contrôlé par l'arbitre. Il en est de même de la démocratie, contrôlée par le vote. Tout système vivant démocratique vit à la limite du danger. La démocratie elle-même manque du système qui lui permettrait d'empêcher un parti totalitaire de prendre le pouvoir. Nous sommes certes dans un monde où la violence délirante s'accroît, et il est curieux que le sport n'y soit pas plus entraîné. On ne lance pas des bombes dans les stades. "
    Edgar Morin aime le sport en tant qu'il procure de la joie au " peuple ". Il connait la liesse des stades, et particulièrement celle du Maracanã. Mais c'est en sociologue qu'il nous livre son analyse critique du phénomène sportif. Infatigable combattant de la cause des opprimés, le penseur de la complexité s'exprime ici sur l'idéologie de la performance, le culte de la jeunesse et l'identité nationale.
    Face à une vision économique et sociale regrettable, qui peut faire du sport une aliénation, Edgar Morin nous rappelle que l'un des caractères fondamentaux de l'être humain, c'est d'être
    Homo ludens, l'homme du jeu.

  • Petit traité de l'évolution humaine" L'homme de Néandertal était petit, râblé, puissant. On le voit bien meilleur boxeur et catcheur, quand les premiers Homo sapiens étaient certainement plus forts à la course à pied. Ce serait drôle de voir leurs différentes qualités sportives si vous les mettiez tous les deux sur un stade ! " Comment s'est opéré le passage de la quadrupédie à la bipédie ? Qu'appelle-t-on chez les sportifs le syndrome de Lucy ? Quand l'homme a-t-il développé sa capacité à jouer ? Quel avenir envisager pour l'
    Homo sapiens toujours en quête de performances nouvelles ?
    Par le prisme du corps et du sport, Yves Coppens nous livre un passionnant petit traité de l'évolution humaine, faisant le point sur les connaissances que nous en avons aujourd'hui et sur le fruit de ses propres recherches. Il décrit le passé et questionne l'avenir de l'homme, préférant à un certain pessimisme ambiant une curiosité et un enthousiasme toujours renouvelés.

  • Le sport et la résilience.
    " La résilience par le sport, c'est la métamorphose du handicap auquel on ne se soumet pas, et qui nous conduit ainsi à la réparation narcissique. Au concept de "morale sportive", je préfère celui d'empathie, dans lequel je me représente le monde de l'autre. Même sans loi, quelque chose m'empêche. Dans le sport, c'est le règlement qui freine, et non le sujet lui-même. L'empathie est plus morale que le sport.
    J'aime le sport de "petit niveau' parce qu'il socialise, il moralise, il produit une relation humaine, et fait naître une épopée. "
    Par le prisme du sport, qu'il a pratiqué jeune adulte, Boris Cyrulnik nous entretient de la " condition humaine ", avec la bienveillance qui le caractérise.
    Phénomène social majeur du xxe siècle, le sport constitue à ses yeux un magnifique terrain de reconstruction. Le concept de résilience, qu'il a fait connaître, trouve dans le sport une application exemplaire.
    Son approche anthropologique le conduit aussi à former l'hypothèse de la naissance des conventions de jeux dès l'avènement de la conscience de l'autre chez l'enfant, et du plaisir qui jaillira de se mesurer à lui. Ainsi, ce " protosport " de l'
    Homo ludens s'enracinerait dans l'être en devenir dès les premiers temps de l'humanité.

  • L'annonce de son décès brutal a provoqué une onde de choc dans le milieu du rugby, chez les amoureux du sport et jusqu'aux dirigeants politiques du pays.Au cours de l'année 2020, durement touché par l'échec de son projet pour le club de Béziers, Christophe Dominici a vu réapparaître ses vieux démons, ceux qui l'avaient déjà jeté dans le fond de la dépression en 2000. Le 24 novembre, en fin de matinée, sa vie s'est tragiquement arrêtée après une chute de dix mètres dans le parc de Saint-Cloud. Cette nouvelle édition de son autobiographie écrite en 2007 nous aide à mieux comprendre le destin brisé du rugbyman au gabarit de poche et à l'énergie sans limite. Elle est aussi un bouleversant hommage à l'homme et au joueur d'exception. Dans une longue " lettre " à son fils, Jean Dominici raconte
    son Christophe, avec émotion et pudeur. Loretta, sa compagne et la mère de ses deux filles, nous ouvre les pages de leur album photo. Ses compagnons du rugby - Yann Delaigue, Fabien Galthié, Max Guazzini, Bernard Laporte -, témoignent de leur admiration et de leur affection, de tout ce que Christophe Dominici leur a apporté. Tous nous invitent, avec beaucoup de générosité, dans l'intimité familiale et amicale d'un très grand champion.

  • Partant du principe que l'homme libre part pour apprendre et revient pour rendre compte, Olivier de Kersauson a décidé de raconter sa géographie maritime. Il fait le portrait de ses mers comme il pourrait dresser le portrait d'une femme. Il nous révèle, surtout, son destin singulier de skipper d'exception. Pour la première fois peut-être, dans Ocean's Songs, il se dévoile.

  • Arrogant, talentueux, séduisant, exaspérant, insoumis, violent... autant de qualificatifs qui viennent à l'esprit quand on se penche sur la personnalité complexe d'Éric Cantona. Un être charismatique, un joueur d'exception, qui ne cesse de fasciner. Mais derrière le mythe, qu'en est-il de l'homme ?

    C'est à cette question que s'attelle Philippe Auclair dans une biographie définitive, retraçant l'ascension de cet enfant de la banlieue marseillaise recruté dès l'âge de 15 ans par Guy Roux pour l'AJ Auxerre, avant de rejoindre l'équipe de France, quelques années plus tard. Ici débute l'ère des scandales : enchaînant les clubs (dont l'Olympique de Marseille), cumulant les différends avec joueurs, entraîneurs et responsables fédéraux, multipliant les incartades sur le terrain, il décide finalement de renoncer au football.

    Mais, poussé par ses admirateurs, et notamment Michel Platini, il débarque en Angleterre en 1992 et domine immédiatement l'équipe de Leeds United, avant de devenir, sous la protection d'Alex Ferguson, l'attaquant vedette de Manchester United, le " King Éric ". Une rédemption de courte durée, entachée par l'incident du Crystal Palace (sa spectaculaire attaque d'un supporter d'extrême droite), qui faillit l'exclure définitivement du club anglais. Il revient longuement sur cet épisode dans ce livre qui, loin de l'hagiographie, ne contourne aucun des chapitres délicats qui ponctuèrent le parcours chaotique de ce joueur sanguin et impulsif.

    Fruit de trois années de travail, nourrie par 200 entretiens avec les principales personnalités qui accompagnèrent cette carrière tumultueuse, Cantona, le rebelle qui voulut être roi est une biographie incontournable. Journaliste anglophile, éminent spécialiste des questions de football, Philippe Auclair brosse ici un portrait intime et passionnant de l'une des figures les plus marquantes de l'histoire du ballon rond, couronné, outre-manche, par le prix du meilleur ouvrage consacré au football.

  • L'homme qui valait près de 8 milliards de dollars. Le Russe Dmitry Rybolovlev, 50 ans, est classé 148e fortune mondiale par le magazine Forbes. Installé en principauté, il est depuis Noël 2011 le président de l'AS Monaco, régénérée depuis son arrivée : alors dernier de Ligue 2, le club a atteint les quarts de finale de la Ligue des champions. Figure polymorphe, médecin urgentiste diplômé de cardiologie, homme d'affaires de dimension internationale ayant transformé l'entreprise Uralkali en géant du potassium, il a été marqué par ses onze mois de prison. Des confins de l'Oural au stade Louis-II... Cet essai biographique reconstitue la saga épique de ce personnage timide, déterminé et mystérieux. Il dissèque son destin hors du commun et plonge au coeur des coulisses d'une équipe de football, entre transferts et négociations. Une enquête de sa ville natale de Perm à l'île de Skorpios d'autant plus complète que, pour la première fois, Dmitry Rybolovlev a accepté de lever le voile et de se confier. Un document rare.

  • Les confessions d'une destinée hors normes...Il a croisé le fer avec les plus grands champions, a vaincu Eddy Merckx et fut l'adversaire privilégié de Jacques Anquetil, d'abord ennemi farouche, ensuite ami, enfin frère de légende. Leur ascension du puy de Dôme, notamment, est encore dans toutes les mémoires...
    À presque 80 ans, " cet éternel jeune homme ", comme l'écrivait son ami Antoine Blondin, témoigne avec émotion, nous raconte ses coups d'éclat, ses victoires, sa malchance, les entourloupes dont il fut parfois victime, ses deuxièmes places, ses invraisemblables cabrioles, la quête du maillot jaune de ses rêves d'enfant. Jamais il n'avait parlé ainsi de sa trajectoire. Lui qui semblait condamné, par ses origines modestes dans une ferme creusoise, à une vie laborieuse, anonyme et ingrate, voici qu'à force de bravoure il a foncé vers la lumière jusqu'à devenir l'une des personnalités préférées des Français.
    " Je réponds, confie-t-il, à presque toutes les sollicitations, conscient d'apporter du bonheur, même si c'est avec le récit de mes malheurs. " Non, sa " Poupoularité ", comme il l'appelle, ne l'a pas gêné, bien au contraire : " Le jour où plus personne ne me reconnaîtra sera le pire de ma longue vie. " Qu'il se rassure, ce n'est pas encore demain la veille.
    Édition établie avec la collaboration de Bernard Verret.

  • Matches truqués, salaires des joueurs, violence, racisme, dopage... Et puis quoi d'autre encore ?


    Tout le monde veut faire le procès du football, ce " mis en examen " permanent de la société française. J'ai décidé de l'instruire. À charge et à décharge.
    Juge et partie, me direz-vous ?
    Sans doute, j'aime le football comme beaucoup d'entre vous.
    Ce qui ne m'empêche pas de détester ce que j'y vois parfois.
    Mais ce que je déteste par-dessus tout, c'est l'injustice, les préjugés, les idées reçues, la mauvaise foi et la malhonnêteté intellectuelle. Il y en a dans le football, bien sûr, comme partout. Et il y en a aussi chez ceux qui s'obstinent à le voir avec un regard déformé par les a priori.
    J'ai donc essayé de revêtir tour à tour l'habit de procureur et la robe de l'avocat pour tenter de démêler le vrai du faux dans les principales accusations portées contre le football français d'aujourd'hui.
    Et après, à vous de juger !F. T.

  • Y´a pas plus timide qu´un joueur de foot. Dès qu´on lui donne de l´argent, vite il va l´enterrer dans le jardin Patrick Timsit Arriver dans la surface et ne pas pouvoir tirer au but, c'est comme danser avec sa soeur.
    Diego Maradonna Le foot ce n´est pas des maths Luis Fernandez Les hémorragies cérébrales sont moins fréquentes chez les amateurs et les joueurs de football que chez le reste de la population. Les cerveaux aussi.
    Coluche On a perdu parce qu´on n´a pas gagné Ronaldo J´aimerais bien jouer dans un club italien. Comme le FC Barcelone par exemple.
    Mark Draper

  • Entré en 1996 dans la légende du sport aux Jeux d´Atlanta, avec un nouveau doublé olympique sur 50 m et 100 m nage libre, Alexandre Popov manque de mourir, quelques semaines plus tard, suite à une agression au couteau dans une rue de Moscou. Il lui faudra seize mois pour se remettre de ses blessures et conserver son titre mondial sur 100 m, avant de battre le record du monde du 50 m.



    Ce livre est l´histoire du combat et du retour au sommet de l´un des plus grands athlètes du XXe siècle mais aussi une formidable aventure humaine au côté d´un entraîneur, Guennadi Touretski, dont la science et le talent dérangent bien des conformistes. Un récit mené tambour battant, comme un roman policier, qui lève également un voile sur le monde si particulier des champions.

  • « J´ai marqué un but, j´ai fait une passe décisive... Et moi, je suis le plus heureux des Verts. Il s´est passé quelque chose, ce soir. Nous venons de battre les Glasgow Rangers dans leur fief ! Dans les vestiaires, les journalistes me pressent de questions. Ils veulent que je raconte, encore et encore. Si nous continuons à jouer comme ça, nous avons des chances de revenir à Glasgow, mais cette fois, ce sera pour la finale. La légende des Verts est en marche. Elle n´est pas près de s´arrêter. » « Allez les Verts ! Allez les Verts ! » 1975 : La France entière est à l´unisson d´une équipe incroyable qui ne s´avoue pas vaincue tant que l´arbitre n´a pas sifflé la fin du match. Boucles brunes et dribble magique, Dominique Rocheteau, le jeune attaquant de Saint-Étienne, devient une icône nationale. Le match historique contre le Dynamo de Kiev, la finale de Munich et les fameux poteaux carrés, la tragédie de Séville pendant le Mundial 1982 : les plus belles pages du football français s´écrivent alors avec celui que l´on appelle l´ange vert.


    Joueur d´exception, élégant et audacieux, Dominique Rocheteau fait revivre les grandes heures d´une carrière mythique, à une époque où le football ne rimait pas encore avec argent et business. Hymne à la nostalgie et au plaisir du jeu, On m´appelait l´ange vert est aussi le plaidoyer d´un sportif engagé qui se bat pour préserver l´esprit d´un football libre et inventif.

  • Paris le 11 juin 2012. Une voiture de police pénètre dans l'enceinte de l'hôpital Sainte Anne de Paris, direction les urgences psychiatriques. À son bord, menotté, le triple champion du monde et quintuple champion d'Europe de boxe Fabrice Benichou. Dans une chambre de bonne prêtée par un ami, sa tentative de suicide vient de tourner en intervention musclée de la part des forces de l'ordre.

    Ces pages sont celles d'une quête, d'une volonté farouche de retrouver l'envie de vivre. À travers son incroyable histoire (fils d'un fakir, enfance et adolescence au milieu des déshérités des quatre coins du monde, combats de rue, apprentissage de la boxe, renommée internationale, amitié avec Frank Sinatra et Mickey Rourke), Fabrice Bénichou nous raconte sa gloire, sa longue descente aux enfers puis sa renaissance.

  • Le livre qu'il faut lire, avant, pendant et après l'Euro ! " Un ailier est un enfant perdu ", écrivait Montherlant. En voyant jouer Mathieu Valbuena pour la première fois, Guy Carlier a vu un enfant perdu, talentueux et fragile, au parcours atypique, rejeté dès ses débuts aux Girondins de Bordeaux par des formateurs qui forment des formatés. Un enfant perdu, incompris, décrié, agressé par ses adversaires et parfois même par ses partenaires, qui s'est vu pendu en effigie au stade par ceux qui l'avaient adoré puis trahi, tel Benzema, qu'il croyait son ami, dans l'affaire de la sextape. Un enfant perdu, blessé et condamné à suivre à la télé les promesses d'une génération nouvelle qui prend le pouvoir dans son club et en équipe de France. Un enfant perdu qui, le 12 mai 2016, a regardé le JT de 20 heures pour savoir si Didier Deschamps citerait son nom dans la liste des joueurs retenus pour l'Euro... Une peinture drôle, romantique, parfois surréaliste, et truffée d'anecdotes, par un authentique amoureux du football et des enfants perdus.

  • LES COULISSES DE LA SÉLECTION - Portraits, parcours et stratégies + STICKERS DES JOUEURS INCLUS ! Jamais sélection n'aura été aussi complexe au seuil de l'Euro 2016. Il aura suffi d'un chantage entre joueurs de premier plan - l'affaire de la " sextape " - pour boucher le " Bleu horizon " : mise à l'écart forcée pour raisons judiciaires de Benzema et blues de Valbuena, pièces maîtresses de l'équipe de France, ont déboussolé la sélection. Heureusement, les matchs amicaux du printemps - victoires aux Pays-Bas et face à la Russie - ont rendu l'espoir. Malgré l'impact incontesté des cadres " historiques " se lève une génération prometteuse qui cause des " problèmes de riche " au sélectionneur. Des révélations (Kanté, Coman...) volent la vedette aux absents, sans oublier le retour gagnant de grognards exilés tel Gignac au Mexique... Entre portraits des valeurs les plus " sûres " et bonus " à la carte " de titulaires en puissance, ce livre est le tableau intime du " Club France ". Génération séduction. Allez les Bleus !

empty