• Militant politique et journaliste engagé, Claude Estier salue ici ceux qui, tout au long du siècle dernier, mirent leurs plumes au service de leurs idées et se battirent souvent autant avec des mots qu'avec des armes. De la lutte contre la montée du fascime et du nazisme à l'engagement contre les guerres d'Indochine et d'Algérie, en passant par la Résistance contre l'occupation nazie et l'État français de Vichy, il nous propose une galerie de portraits d'hommes et de journaux sans concession.Il ne fait pas pour autant l'impasse sur les intellectuels qui, par conviction ou intérêt, s'engagèrent dans la Collaboration.Alors qu'aujourd'hui le cynisme et l'opportunisme sont les idéologies dominantes et que la presse, et singulièrement celle d'opinion, est menacée, Claude Estier nous rappelle combien il est vital pour une démocratie qu'il y ait encore des éveilleurs de conscience.

  • Qu'est-ce que la République Arabe Unie en 1965 ? Qu'est-ce que la Révolution nassérienne ? Existe-t-il, de Bagdad à Casablanca, une nation arabe ? Un accord peut-il intervenir un jour entre les Arabes et l'État d'Israël ? Telles sont quelques-unes des questions, d'une permanente actualité, que se posent tous ceux qui s'intéressent à la situation dans ce qu'on appelle encore le Moyen-Orient. A ces questions sont souvent apportées des réponses erronées car trop empreintes de passion partisane. Pourtant, un certain nombre de faits existent qu'il est possible de juger objectivement. Qu'on la soutienne ou qu'on la combatte, il est impossible : de nier que la révolution conduite par le petit groupe des « officiers libres » a profondément transformé, depuis treize ans, le visage de l'Égypte et, partant, considérablement modifié les données politiques, économiques et sociales dans l'ensemble du monde arabe. Plusieurs ouvrages polémiques ont été publiés en français par des Égyptiens. Il manquait un livre actuel écrit par un Français. Après plusieurs séjours en R.A.U., en 1964 et 1965, Claude Estier, ancien rédacteur en chef du quotidien progressiste Libération, collaborateur de l'hebdomadaire Le Nouvel Observateur, présente ici, en journaliste, un bilan de ce qui a été réalisé par le régime de Gamal Abdel Nasser et met en relief les perspectives nouvelles qui se présentent à l'Égypte en révolution...

  • Qu'est-ce que la République Arabe Unie en 1965 ? Qu'est-ce que la Révolution nassérienne ? Existe-t-il, de Bagdad à Casablanca, une nation arabe ? Un accord peut-il intervenir un jour entre les Arabes et l'État d'Israël ? Telles sont quelques-unes des questions, d'une permanente actualité, que se posent tous ceux qui s'intéressent à la situation dans ce qu'on appelle encore le Moyen-Orient. A ces questions sont souvent apportées des réponses erronées car trop empreintes de passion partisane. Pourtant, un certain nombre de faits existent qu'il est possible de juger objectivement. Qu'on la soutienne ou qu'on la combatte, il est impossible : de nier que la révolution conduite par le petit groupe des « officiers libres » a profondément transformé, depuis treize ans, le visage de l'Égypte et, partant, considérablement modifié les données politiques, économiques et sociales dans l'ensemble du monde arabe. Plusieurs ouvrages polémiques ont été publiés en français par des Égyptiens. Il manquait un livre actuel écrit par un Français. Après plusieurs séjours en R.A.U., en 1964 et 1965, Claude Estier, ancien rédacteur en chef du quotidien progressiste Libération, collaborateur de l'hebdomadaire Le Nouvel Observateur, présente ici, en journaliste, un bilan de ce qui a été réalisé par le régime de Gamal Abdel Nasser et met en relief les perspectives nouvelles qui se présentent à l'Égypte en révolution...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Née dans le courant unitaire qu'avait déclenché, à l'automne 1965, la candidature de François Mitterrand à la présidence de la République, la Fédération de la gauche démocrate et socialiste a profondément marqué pendant trois ans la vie politique française. Son existence fut brève et difficile, mais elle demeure riche d'enseignements pour qui l'étudie avec lucidité. À la fois témoin et acteur, Claude Estier était particulièrement bien placé pour tenter cette analyse à travers un récit au jour le jour.

  • Près de deux ans après l'indépendance, voici un premier survol général de l'« Algérie de Ben Bella », un premier bilan de son évolution. Claude Estier est l'un des journalistes français qui a suivi avec le plus d'attention, depuis les origines, la question algérienne, pour Libération dont il est rédacteur en chef, et France Observateur. Il a voulu avant tout, ainsi qu'il le précise lui-même, « sans chercher à faire oeuvre d'historien mais de journaliste, porter témoignage sur quelques aspects de la vie actuelle dans ce pays... » Claude Estier a donc abordé de la façon la plus franche et la plus vivante tous les grands problèmes qui se posent à l'Algérie nouvelle : la réforme agraire, l'autogestion, les nationalisations, la lutte contre la misère et le chômage ; la mise en place des institutions, le rôle du parti unique, des organisations de masse et des syndicats, et l'action personnelle du président Ben Bella ; la transformation de la nouvelle société algérienne, la place de l'Islam, l'émancipation féminine ; l'alphabétisation et les questions fondamentales de la culture algérienne ; la coopération enfin, et le rôle des Français dans l'Algérie nouvelle. Ce bilan du « régime Ben Bella » Claude Estier le veut optimiste et positif : sans cacher l'immensité de la tâche et la complexité des problèmes, il considère que l'Algérie s'est engagée résolument dans une direction socialiste.

  • Claude Estier, qui a participé en première ligne aux campagnes présidentielles de François Mitterrand et de Lionel Jospin, a voulu suivre de près celle de François Hollande.

    Retrouvant avec bonheur son métier de journaliste, il en a écrit une chronique quotidienne relatant au jour le jour l'essentiel des faits et gestes du candidat socialiste.

    En fin de compte, cette chronique, émaillée de quelques réflexions personnelles et d'informations puisées au contact direct du candidat et de l'équipe de campagne, devient un livre qui retrace l'histoire du long cheminement qui aura conduit François Hollande de sa victoire aux primaires socialistes à la présidence de la République.

  • En reprenant l'essentiel des réflexions et des commentaires du Bloc-notes qu'il tient depuis dix ans dans l'hebdomadaire du PS, Claude Estier retrace ici les étapes des changements accélérés de la société mondiale : la réunification de l'Allemagne, les technologies de l'information et de la communication, la mondialisation, Internet, les alternances politiques...

  • " J'ai voulu montrer l'énergie, la bonne humeur, la fraternité, la cohésion de l'équipe, la proximité avec les Parisiennes et les Parisiens, tout autant que le sérieux, la créativité et la diversité des actions. Cette campagne m'a enthousiasmée. " Anne Heurtematte Photographe Malgré un contexte national très défavorable, sa maîtrise des dossiers et les propositions d'Anne Hidalgo pour l'avenir de la capitale ont davantage séduit ses habitants que celles de sa principale adversaire, Nathalie Kosciusko-Morizet. Cette dernière, moins assurée, a eu beaucoup de mal à organiser son camp alors que la candidate socialiste a su très vite unir les siens et élargir encore ce rassemblement entre les deux tours de scrutin pour conserver la majorité à l'Hôtel de Ville. Ce livre est le récit illustré de la campagne à l'issue de laquelle Anne Hidalgo a succédé à Bertrand Delanoë en devenant la première femme maire de Paris.
    Claude Estier et la photographe Anne Heurtematte ont saisi au plus près cette campagne et l'intimité de la candidate, désormais maire de Paris, avec les Parisiens.

empty