Alma Editeur

  • Considéré dans le monde entier comme l'un des principaux pianistes français, le " flâneur élégant " revient, pour la première fois, sur son itinéraire. Une subtile réflexion sur son métier, sur la virtuosité et sur la musique, cette " rencontre du son et du coeur ".
    " La musique est le lien ténu qui unit les hommes. Elle résiste aux conflits, apaise les douleurs, enchante l'âme. Elle sera toujours là quand nous partirons et sa
    souveraineté ne cessera de s'étendre. "
    Considéré dans le monde entier comme l'un des principaux pianistes français, Jean-Philippe Collard revient, pour la première fois, sur son itinéraire. De sa Champagne natale où la musique était au coeur de la famille jusqu'aux grandes salles de concert à travers le monde, le pianiste raconte son apprentissage puis son long compagnonnage avec le clavier. Si la musique est
    d'abord pour lui un exercice d'amitié et d'admiration comme en témoigne sa rencontre avec Vladimir Horowitz, c'est avant tout le plus beau cadeau que lui ait fait la vie, et qu'il entend partager avec tous.
    On trouvera ici une subtile réflexion sur le métier de musicien, sur l'art du piano et sur la quête permanente d'une " rencontre du son et du coeur ".

  • " L'opéra dépend de facteurs étrangers à la musique et au livret, comme les choix du metteur en scène, du décorateur, des interprètes. C'est donc pour un compositeur le gendre le plus écrasant en termes d'énergie dépensée pour l'écrire et le plus aléatoire quant au succès qu'il aura lors de sa représentation. "
    Karol Beffa retrace ici rapidement son itinéraire, depuis l'enfance et ses influences, les années de conservatoire, les premières compositions jusqu'à l'écriture de deux opéras : K ou la piste du château et Equinoxe inspirés de l'oeuvre de Kafka.
    Chose faite, il consacre l'essentiel de cet essai à analyser selon des angles totalement inédits des oeuvres emblématiques ou moins connues. L'opéra, pour de nombreuses raisons est considéré comme un art mimétique. Le livret exerce sur la musique un empire supposé absolu et paraît brider la liberté musicale au profit d'une expressivité immédiatement rattachée à des émotions connues et codifiées. Qu'en est-il exactement ?
    Le résultat est passionnant : ce que montre Karol Beffa, aussi bien chez Verdi (La traviata, Aida), Ravel (L'enfant et les sortilèges), Strauss (Elektra), Puccini (La Fanciulla del West), Zemlinsky (Une tragédie florentine, Le nain), Ponchielli (La Gioconda) ou l'injustement oublié Massenet (Le cid, Cendrillon) c'est leur commune capacité à débrider, à remettre en cause des principes établis, à subvertir des codes, à produire des désajustements dramaturgiques ou musicaux.
    De la même façon, l'auteur démontre, en croisant leurs trajectoires, comment Wagner et son beau-père Franz Liszt, Ligeti et Mahler, Gorecki et Penderecki ont affirmé leur capacité à aller contre - quitte à forcer le passage, en écrivant des opéras et, plus largement, des oeuvres vocales. Des couples improbables dont la réunion inédite fait saillir ici l'incroyable liberté.

  • À travers la vie d'un quatuor à cordes, Sonia Simmenauer analyse l'interaction complexe de quatre personnes au coeur de la plus grande exigence artistique. C'est aussi une étonnante leçon de management pour les responsables d'entreprise.
    Quatre musiciens décident de jouer ensemble : deux violons, un alto, un violoncelle.
    Quoi de plus simple ? Apparemment...
    La combinaison des voix en quatuor remonte à la musique vocale de la Renaissance. Elle se fixa au XVIIIe siècle sous la forme du quatuor à cordes, notamment du fait de Joseph Haydn. Et depuis, - de Mozart ou Beethoven jusqu'à Debussy, Chostakovitch ou Ligeti - la suite des chefs d'oeuvres se succède. Toujours pour instruments à cordes. C'est là que réside une difficulté supplémentaire. Difficile, certes, pour le rock, de vivre à quatre. Ne pensons qu'aux Beatles et aux Rolling Stones. Combien plus difficile pour les cordes.
    Ballottée par l'histoire - comme sa famille - d'Allemagne en France et de France en Allemagne, Sonia Simmenauer est devenue l'une des principales agentes des quatuors à cordes en Europe. C'est de l'intérieur qu'elle enquête sur la vie quotidienne de cette étrange formation. Voici quatre personnes qui vont vivre ensemble pendant dix ans, vingt ans, ou plus - si affinités.
    Mais, précisément, d'affinités il ne s'en trouve peut-être pas, en dehors de l'art musical suprême qu'est le quatuor. Ces musiciens - hommes, femmes - vont passer l'essentiel de leur vie de répétitions en concerts à travers le monde, dans des conditions matérielles souvent aléatoires. Avec une totale interdépendance interne. Pourtant, ils vivent par ailleurs, d'autres existences avec d'autres personnes, d'autres projets, d'autres goûts.
    Sonia Simmenauer plonge le lecteur au coeur de la vie du quatuor : là où quatre personnes travaillent, non sans conflits, aux limites de la virtuosité, de la sensibilité intime et de la transcendance. Elle nous raconte aussi les difficultés prosaïques d'une vie quotidienne souvent tendue. Ce faisant, elle témoigne d'une expérience du " vivre ensemble " qui - lors de la parution du livre en Allemagne (2008) - a fasciné les entrepreneurs et les spécialistes du management.

  • Maître incontesté du piano, Andras Schiff s'est aussi affirmé comme l'un des meilleurs connaisseurs de Bach et Beethoven. Au-delà de la musique, c'est une philosophie qui s'impose et un témoignage personnel et spirituel nourri par les drames et les grandes espérances de l'Europe du XX e siècle.
    Andras Schiff est sans conteste l'un des plus grands pianistes vivants. Il joue avec une égale maîtrise la musique de Bach et celle de notre siècle. Il fait aussi partie de ces interprètes qui parlent avec un rare bonheur de leur art et de ces intellectuels engagés à qui il convient de prêter une oreille attentive pour le courage de leurs prises de position.
    Dans cet ouvrage, Andras Schiff nous livre sa vision de la musique, partageant avec nous ses secrets interprétatifs de pianiste et de chef d'orchestre tout en brossant le portrait des grands artistes qu'il a croisés. En même temps, revenant sur son histoire personnelle marquée par le souvenir de l'Holocauste, une jeunesse passée dans la
    Hongrie communiste puis l'exil, il nous livre aussi la vision politique d'un des grands penseurs de la musique d'aujourd'hui.

empty