12-21

  • Ils sont là.
    Les envahisseurs. Les engloutisseurs de mondes.
    Fumée noire, herbe rouge, rayons ardents : ils ne reculeront devant rien pour coloniser la planète. Voraces. Tentaculaires. Impitoyables. Du haut de leurs tripodes, ils foulent au pied toute civilisation, toute vie humaine. Face au ravage, l'homme ne peut rien. Sinon devenir fou. Fuir. Et attendre. Que la nature, comme toujours, reprenne ses droits.

  • LES GRANDS TEXTES DU XXe SIECLE
    Le Narrateur est entré dans le monde magique des Guermantes, dont le nom, enfant, le faisait rêver lors de promenades à Combray. Voisin de leur hôtel particulier parisien, il cultive son amour pour la duchesse " aux yeux ensoleillés d'un sourire bleu " et son amitié pour son neveu Robert de Saint Loup, alors cantonné dans sa garnison de Doncières. Ce séjour au milieu de ces jeunes officiers compte parmi les épisodes les plus gais et les plus heureux de la Recherche. Dans les salons de madame de Villeparisis, Guermantes elle aussi, il retrouve les foucades énigmatiques du baron de Charlus, figure majeure de cette " race altière ".
    C'est l'époque où Marcel va connaître la plus grande douleur de sa vie : la maladie et la mort de sa grand-mère, jusqu'au dernier frisson, au dernier murmure de son agonie, sans doute les plus belles pages, merveilleuses et cruelles, de l'oeuvre.
    Cet ouvrage rassemble :Le Côté de Guermantes I,
    Le Côté de Guermantes II

  • Retrouvez le roman épistolaire de Montesquieu, un classique au programme de l'oral du bac de français 2021.
    Quoi de plus divertissant qu'un étranger perdu dans un pays inconnu ? Aux yeux du Persan Usbek, nos manières, nos passions, nos moeurs paraissent un carnaval de bizarreries et de conventions absurdes. Loin d'Ispahan, de son harem et de ses sultanes, la France et Paris lui semblent incompréhensibles. Pour décrire cette nation " civilisée ", il entreprend une chronique étincelante d'esprit, de fausse naïveté et de hardiesse.
    En 1721, pour s'amuser, Montesquieu, voluptueux magistrat bordelais, fait paraître anonymement ces
    Lettres persanes où notre société, dans sa vanité frivole, se reconnaît toujours.

  • Paul et Virginie est un exemple du roman de la fin du XVIII e siècle, écrit par Jacques Bernardin Henri de Saint-Pierre.
    Paul et Virginie.
    Virginie et Paul.
    Nés tous deux au coeur d'un Eden intemporel, luxuriant et inviolé, ces deux-là sont inséparables. Dans toute l'île de France (de nos jours Maurice), on ne compte pas d'enfants plus beaux, plus vertueux ni plus purs - et quand l'amour fleurit, chez ces coeurs innocents, c'est encore la nature, comme on cueille un fruit mûr, qui prédestine leurs sentiments... Las, la société viendra les arracher l'un à l'autre. Virginie sans Paul. Paul sans Virginie. D'une harmonie brisée, Bernardin de Saint-Pierre fait le triomphe du romantisme exotique, l'ode définitive aux paradis perdus.

empty