Littérature générale

  • Qui penserait attribuer une origine étrangère à des mots comme jupe, épinard, braguette, violon ou encore sentimental ? Et pourtant, jupe vient de l'arabe, épinard du persan, braguette du gaulois, violon de l'italien et - qui l'eût cru ? - l'adjectif sentimental nous est venu du latin, mais par l'anglais.
    Si l'on sait bien que la langue française est issue du latin, on oublie souvent qu'elle s'est enrichie au cours de sa longue histoire de milliers de mots venus des quatre coins du monde : du grec, du celtique, du francique, mais aussi de l'italien, de l'anglais, de l'espagnol, du portugais et encore de l'arabe, du persan, du turc, du japonais, et des langues amérindiennes ou africaines.
    Henriette Walter raconte l'histoire de ces mots, de ces vagues d'immigration parfois clandestines qui ont petit à petit donné des couleurs à la langue française.

  • Quand on aime, on donne sans compter..., et quand on sait que plus des deux tiers du vocabulaire anglais vient du français ou du latin, que le mushroom anglais est en fait le mousseron français assaisonné à la mode anglaise et que le bol français est à l'origine le bowl anglais prononcé à la française, on comprend alors qu'entre ces deux langues, c'est une véritable histoire d'amour qui a commencé il y a plusieurs siècles... et qui dure.
    Bien sûr, les peuples ont connu tour à tour une guerre de Cent Ans ou une Entente cordiale, mais les langues, de leur côté, ont constamment mêlé leurs mots pour donner parfois naissance à des "faux amis", voire bien souvent aussi à de nombreux "bons amis" : il y en a plus de trois mille dont la forme graphique est parfaitement identique dans les deux langues parmi lesquels anecdote, caricature, garage, horizon, jaguar, moustache, silicone, structure, unique...
    C'est l'histoire peu commune de deux langues voisines et néanmoins amies qu'Henriette Walter conte ici en parallèle, au fil de multiples traversées de la Manche dans les deux sens, interrompues par un grand voyage à la conquête du Nouveau Monde. En revivant cette aventure sentimentale au pays des mots, ponctuée d'une foule d'exemples, de jeux insolites et de piquantes anecdotes, on découvre que l'érudition n'est pas forcément ennuyeuse, et que l'on peut apprendre tout en s'amusant.
    Et honni soit qui mal y pense.

  • Dans la veine de ses plus grands succès, Henriette Walter nous embarque dans une passionnante odyssée étymologique.

    Saviez-vous qu'Olibrius était un empereur romain d'Occident (mort en 472), dont la légende a fait le symbole d'un homme incapable mais plein de jactance ?
    Que minus est l'abréviation de minus habens, " qui a moins (d'intelligence) " ?
    Que plusieurs albums d'Astérix ont été traduits en latin ?
    Que les distributeurs de billets de la banque du Vatican se lisent en latin ?
    C'est tout naturellement que nous employons tous les jours et sans y penser des mots comme lavabo, agenda, quiproquo ou constat, qui ont l'air tellement français mais qui sont en réalité des mots du latin sous leur forme d'origine, au même titre que consensus, placebo, a priori, vice versa, minus, lapsus, ipso facto ou referendum...
    Mais que dire de motus et de rasibus ? Ne serait-ce pas plutôt du " latin de cuisine ", ce pseudo-latin inventé par des érudits facétieux, toujours prêts à jouer avec les mots ?
    En passant allègrement du latin de l'Église au latin des tribunaux, et du latin des naturalistes au latin d'Astérix, Henriette Walter propose un nouveau regard sur cette langue encore bien vivante dans les usages du XXIe siècle, et pleine de ressources, que l'on s'est trop vite empressé d'enterrer. Un ouvrage ludique et passionnant, ponctué d'anecdotes, de devinettes et de récréations, pour conjuguer humour et érudition.

  • Saviez-vous que le mot anglais rugby vient de la langue des Vikings ? Êtes-vous curieux de découvrir la centaine de noms italiens qui désignent les pâtes ? Voulez-vous comprendre pour quelle raison, due à leur langue, les Allemands ne se coupent jamais la parole ? Vous plairait-il de faire une pittoresque incursion dans tous les mots espagnols venus de l'arabe ?... Que vous le feuilletiez pour le plaisir gourmand des mots ou que vous le consultiez avec la passion du spécialiste, ce livre est, pour tout amoureux de notre langue, l'occasion de passionnantes retrouvailles avec l'auteur du Français dans tous les sens. Un véritable voyage dans le temps et l'espace, commencé avec la rencontre, il y a sept mille ans, des habitants de la "vieille Europe" et de populations venues de la mer Noire, porteuses de ces langues "indo-européennes" d'où sont nées, à l'étrange exception du basque, toutes les langues de l'ouest de l'Europe.Voici donc, dans son étonnante pluralité, le panorama fertile de cette centaine de langues arlées dans l'Europe d'aujourd'hui. Qu'elles soient officielles et de grande diffusion, comme l'espagnol, le portugais, l'anglais, le français, l'allemand ou l'italien ; qu'elles soient dites régionales, comme le gascon, le galicien, le frioulan, le sarde, le corse, le francoprovençal, le sorabe, le scots, le schwytzertütsch ; ou encore officielles et méconnues, comme le luxembourgeois, le danois, le néerlandais, l'irlandais - ces langues sont pleines de richesse et de surprises. Avec un peu de grammaire, des tableaux et des cartes d'une grande clarté, beaucoup de bonne humeur, avec des récréations (pour jouer par exemple à fabriquer des mots savants à partir d'une poignée de racines grecques, ou à trouver sur une carte des noms hérités du gaulois), ce livre dit l'origine, l'histoire, la géographie de ces langues qui vivent et meurent, et qui sont le coeur battant de notre civilisation.

  • En cette époque paradoxale où le verbe était roi, mais où le mot roi était tabou, les Sans-Culottes ont-ils vraiment mis un bonnet rouge au veux dictionnaire ? Henriette Walter, linguiste, a eu envie d'aller y voir de plus près. Elle a choisi de parcourir les pages qui racontent l'histoire des événements de la Révolution pour y rechercher uniquement les paroles qui les accompagnaient. Voici une sorte de lexique où se bousculent les mots à la mode (citoyen, égalité...) et des mots nouveaux (thermidore, vélocifère...), des mots obligatoires (mètre, nitrate d'argent...) et des mots interdits (Sire, Monsieur...). On y trouvera aussi quelques mots dangereux à prononcer (rouet, cire...), les mots qu'on chantait volontiers (ça ira !) et ceux dont l'orthographe allait changer (enfans, monnoie...). On y retrouvera enfin des phrases historiques et on y apprendra, toujours avec émotion et quelque fois avec un sourire, les dernières paroles des condamnés. Pour ceux dont les connaissances historiques sur cette période restent un peu floues, ce petit livre sera un guide d'un millier de termes où revivent les mots caducs (inlisable ou républicole) et les mots persistants (vandalisme ou centraliser). C'est un autre regard sur la Révolution que l'auteur nous propose, dans un tourbillon lexical, tour à tour exaltant, dramatique ou amusant.

  • Saviez-vous que les poissons-clowns claquent des dents pour communiquer entre eux ? Que le requin-pèlerin peut se noyer ? Que certains poissons sont hermaphrodites ? Qu´en catalan, le mérou se nomme nero, parce que sa voracité a été comparée à la cruauté du tyran romain ? Que le gymnote peut générer des décharges électriques de 600 volts et donna son nom au premier sous-marin ? Que chez les baudroies abyssales, le mâle se fixe définitivement sur la femelle, en perdant vue et odorat ? Que le nom du requin est peut-être une corruption de « requiem » ? En interrogeant l´origine de 200 noms de poissons, et en révélant leurs curieuses particularités, Henriette Walter et Pierre Avenas nous font découvrir un bestiaire fantastique, qui dépasse en imagination ce que notre esprit peut rêver : poisson-lune, poissons volants, poisson-torpille, poissons aux colorations multiples, éblouissantes, poisson transparent, fluorescent ou lumineux, aux formes variées et inattendues (requin-marteau ou hippocampe), qui peuvent faire 15 m (requin baleine), 7 m (raie manta) ou 7 mm (gobie)... La diversité du monde animal est vertigineuse : on compte près de 5 500 espèces de mammifères, et environ 10 000 espèces d´oiseaux, mais avec plus de 30 000 espèces, la biodiversité chez les poissons est plus impressionnante encore ! Les auteurs nous entraînent dans un voyage étymologique et naturaliste pittoresque, à travers le temps, les océans, les rivières et les mers : l´occasion de mieux comprendre le comportement de ces étranges espèces qui couvrent 71 % de la Terre... et leur complexité enchantée, tout en s´amusant.

empty