Ni d'Eve ni d'Adam

Prix de Flore 2007

À propos

" Stupeur et tremblements pourrait donner l'impression qu'au Japon, à l'âge adulte, j'ai seulement été la plus désastreuse des employés.
Ni d'Ève ni d'Adam révélera qu'à la même époque et dans le même lieu, j'ai aussi été la fiancée d'un Tokyoïte très singulier. " Amélie Nothomb.

" Il est comment, le nouveau Nothomb ? Très bon ! Moins railleuse, plus lumineuse, elle nous mène au sommet du mont-Fuji avec une sensibilité nouvelle. " Elle.

" Une écriture pleine d'élégance, de fantaisie. Envoûtant. " Valérie Gans McGarry, Madame Figaro.

" Peut-être le plus beau de ses romans. Parce qu'Amélie Nothomb renoue avec la veine de Stupeur et tremblements, la plus personnelle, la plus juste. Parce qu'en la lisant, on rit, on pleure, on n'a qu'une envie : partir découvrir le Japon. " Tatiana de Rosnay, Psychologies.

" Comme d'habitude, vous allez vous ruer sur le nouveau roman d'Amélie Nothomb.
Vous aurez raison. Tout en subtilités, exquises drôleries et cruautés culturelles. " Bernard Pivot, Le Journal du Dimanche.

" Dans la droite ligne de Stupeur et tremblements. Décidément, le Japon réussit drôlement bien à Amélie ! " Stéphanie Janicot, Muze.

" Vrai, tendre, vif, émouvant. Réussi sur tous les plans. " Pierre Vavasseur, Le Parisien.

" Je l'ai lu avec un immense plaisir. " Michel Polac, Charlie Hebdo.

" Elle renoue avec sa veine tokyoïte et sa plus belle verve. Ses lecteurs ne s'en plaindront pas, surtout devant un tel millésime. " L'Express.

" Décidément très réussi. " Delphine Peras, Lire.

" Amélie Nothomb retrouve la grâce de ses premiers livres. Le roman sans doute le plus intime de cette écrivain définitivement atypique. " Christine Rousseau, Le Monde.

" Un roman qui devrait ravir ses fidèles et nombreux lecteurs. Et asseoir un peu plus le singulier destin de son auteur. " Geneviève Simon, La Libre Belgique.

" La légèreté est un don. Amélie l'a. Le lecteur s'amuse comme devant une photographie dont elle écrirait brillamment la légende : la sienne. " Brigitte Hernandez, Le Point.

" Décidément, le Japon réussit admirablement à Nothomb. " David Fontaine, Le Canard enchaîné.

" Délectable. " Télé Star.

" Amélie dilue un désespoir métaphysique dans son plaisir gourmand de la littérature. C'est la magie de toute son oeuvre. " France Cavalié, Télé 7 Jours.

" Un bonheur communicatif. " Françoise Feuillet, Avantages.

" De l'intelligence, beaucoup d'intelligence. Une réussite ! " Femme Actuelle.

" Avec Stupeur et tremblements, elle nous avait donné un excellent roman. Elle récidive. " Paris-Match.

" Du très bon Nothomb : joyeux, pudique et vraiment drôle ! " Biba.

" Ne boudez pas Ni d'Eve ni d'Adam sous prétexte qu'il a immédiatement culminé au sommet des ventes. L'Amélie qu'on aime est de retour. " France 2.fr " Formidable ! Un petit bijou d'humanité tendre et drôle. Le Plus beau récit d'Amélie. " Marie France.

" Nothomb renoue avec ce qui fait d'elle un auteur si singulier. On rit, on s'émeut. Et l'on brûle de partir sur ses traces. " Questions de femmes.

" Une fable sur l'amour, l'alliage parfait de la métaphysique et de l'ordinaire, de l'esprit et du corps. " Anthony Palou, Le Figaro Magazine.

" Merveilleusement pince-sans-rire. Une de ses plus belles réussites. " Jean- Claude Lebrun, L'Humanité.

" Elle est effrontée comme les plus grandes, de Jane Austen à A.S. Byatt, c'est-à-dire comme sans y toucher, mais en vrillant profond sous nos couches de conformisme, même celles qui se croient subversives. " J

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782226197313

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    252 Pages

  • Distributeur

    Adilibre

  • Support principal

    ebook (ePub)

Amélie Nothomb

Issue d'une illustre famille bruxelloise, Amélie Nothomb est la fille d'un ambassadeur belge. Née au Japon, elle reste profondément marquée par la culture nippone. Mais les déplacements successifs de son père l'emmènent toute jeune en Chine, à New York, et en Asie du sud-est. De ces voyages, Amélie conserve un sentiment tenace de solitude, atténué par une forte complicité avec sa soeur. Elle retourne en Belgique à l'âge de dix-sept ans et suit des études gréco-latines. En 1992, son roman 'Hygiène de l'assassin' est accueilli avec un énorme succès. Frustrée de ne pas être restée au Japon, elle y retourne et retranscrit cette expérience plus que déroutante dans 'Stupeur et Tremblements', couronné Grand Prix de l'Académie française en 1999. Depuis, elle publie à peu près un roman par an, se définissant elle-même comme une 'graphomane malade de l'écriture'.

empty