À propos

Installé dans sa cabane à l'écart de la ville, dans un coin de campagne française, Eugène Rabier coule une retraite paisible. Oh, il a bien ses petites contrariétés, comme tout le monde. Le maire veut à tout prix racheter son lopin de terre pour implanter une raffinerie, et les gosses se moquent un peu de lui. Mais dans l'ensemble, ça peut aller.

Jusqu'au jour où une bande de types cagoulés et armés jusqu'aux dents viennent le réveiller en sursaut. Ils sont à la recherche d'un livre qu'Eugène a écrit, il y a bien longtemps, à l'époque où il s'occupait d'une palmeraie en Afrique. Son titre ? Précis de culture de l'elaeis au Congo belge. Attention, ils ne rigolent pas : voilà deux ans qu'ils essaient de mettre la main dessus. Coup de chance, Eugène possède le seul exemplaire survivant. Mais il se demande bien pourquoi ce bouquin anodin - 14 exemplaires vendus, une vraie misère ! - suscite une telle convoitise... Coeur Tam-tam, ce n'est pas vraiment un polar.

Même si l'on croise quelques macchabées, un magot planqué, des coups de feu qui claquent et de vrais méchants. C'est d'abord une rencontre : celle entre un écrivain et un dessinateur. L'écrivain, c'est Tonino Benacquista. Auteur de polars comme La maldonne des sleepings ou Les Morsures de l'aube, scénariste pour le cinéma et la bande dessinée (L'Outremangeur et La Boîte noire, avec Jacques Ferrandez aux pinceaux). D'ailleurs, il n'aime pas tellement s'entendre qualifier d' " écrivain " ou de " scénariste ". Il préfère dire qu'il " travaille la fiction ", que " chaque histoire possède sa forme propre et exige une manière d'être racontée s'imposant d'elle-même : roman, nouvelle ou scénario ". Le dessinateur, c'est Olivier Berlion, qui s'est fait connaître avec les sagas des Soupetard et des Sales Mioches.

L'histoire qui les a réunis est une nouvelle de quinze pages publiée par le premier, voilà une dizaine d'années, dans un recueil intitulé La Machine à broyer les petites filles. Un de ces textes qui faisaient naître des images dans sa tête et n'attendaient que de trouver leur prolongement visuel. Ensemble, ils ont composé une bande dessinée qui oscille entre réalisme et fantaisie pure. Avec quelques détours réjouissants par l'ethnologie amusante, la sociologie urbaine (ah, les relations de voisinage dans une petite ville de province, quel bonheur !), le joyeux délire et le polar classique de pure facture (dialogues savoureux dignes de Michel Audiard à l'appui).

L'Afrique vue par Benacquista et Berlion possède un petit air de Tintin au Congo plutôt rigolo - le maniement du second degré étant bien sûr fortement conseillé, ami lecteur. Bref, c'est un récit complet, dans tous les sens du mot. Les décors sont particulièrement soignés, servis par ce sens subtil de la lumière qui caractérise le travail d'Olivier Berlion. Eugène Rabier est tout simplement parfait, et sa renaissance fait plaisir à voir.

Dans Coeur Tam-tam, il y a de la nostalgie, de la tendresse, pas mal d'humour et un vrai suspense, mitonné aux petits soins par un Benacquista en grande forme. Mais jamais, au grand jamais, de cynisme, de mépris pour les personnages ou de " morale de l'histoire " (ou alors, peut-être, celle selon laquelle voler un voleur n'est pas vraiment du vol). À la fin, le lecteur se dit qu'Eugène Rabier a tout compris du bonheur. Lequel est finalement aussi simple qu'une partie de cartes à l'ombre d'un palmier africain, sous le regard protecteur d'un grand serpent à l'air nonchalant.


Rayons : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Ados / Adultes


  • Auteur(s)

    Tonino Benacquista, Olivier Berlion

  • Éditeur

    Dargaud

  • Distributeur

    ePagine

  • Date de parution

    21/12/2012

  • EAN

    9782205156508

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    64 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Poids

    62 279 Ko

  • Diffuseur

    Média Diffusion

  • Entrepôt

    ePagine

  • Support principal

    ebook (ePub)

  • Version ePub

    3.0

Navigation

Table des matières adaptable Un sommaire est présent dans le contenu du livre, ce qui permet de l'utiliser avec un affichage adapté.

Tonino Benacquista

Après avoir débuté à la Série Noire (La maldonne des sleepings, La commedia des ratés), Tonino Benacquista a écrit des romans (Saga, Quelqu'un d'autre), des BD, des pièces de théâtre, des nouvelles. Par ailleurs, il est scénariste pour le cinéma (Sur mes lèvres, De battre mon cœur s'est arrêté, de Jacques Audiard). Ses livres sont régulièrement adaptés à l'écran (Malavita de Luc Besson, avec Robert de Niro).

Olivier Berlion

  • Pays : France
  • Langue : Francais

Né à Lyon en 1969, Olivier Berlion dessine depuis qu'il sait tenir un crayon. Il collectionne les BD, s'abonne au journal de "Spirou", crée un journal confidentiel avec son frère et son cousin (qui se vend à 20 exemplaires !) et rêve de devenir auteur de bande dessinée. Déterminé, il dessine tous les jours en rentrant de l'école, intègre après le bac l'École Émile Cohl en 1990, puis effectue un DEUG de Culture et de Communication à Lyon. En 1992, il rencontre Corbeyran au festival d'Angoulême. De cette rencontre naît Le Cadet des Soupetard, une série qui raconte les tribulations d'un petit « poulbot » campagnard aux prises avec les joies et les difficultés de son quotidien d'enfant de 7 ans. Les aventures du duo se poursuivent avec la série Sales Mioches puis, dans un nouveau registre, celui de la BD pour adultes, avec Lie-de-vin. Ce dernier ouvrage obtient de très nombreux prix et un grand succès, tant au niveau du public que de la profession. Désireux d'explorer de nouveaux horizons, il écrit le scénario d' Histoires d'en Ville, une série qui propose un nouveau concept : chaque cycle d'histoires (2 ou 3 albums) s'inscrit dans un lieu permettant à chaque fois de donner vie à de multiples personnages confrontés à des intrigues policières au ton résolument réaliste, rythmé et incisif. Désormais, Olivier Berlion alterne ses collaborations avec Corbeyran pour Le Cadet des Soupetard et Sales Mioches, ses propres scénarii et l'élaboration de récits one-shot. Olivier Berlion reconnaît l'influence de Baru, Tardi, Prado, Cabane, Battaglia, Pellejero, Tillieux, Gabrion et bien d'autres encore pour son travail de dessinateur et Baru, Zentner, TBC, Azzarelo, Tronchet et Larcenet pour ce qui est du scénario.

empty